Environnement: le PNUE lance l’initiative du « passeport vert »

Écouter /

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a lancé lundi 4 juin à Rio, au Brésil, l’initiative du « passeport vert » avec le gouvernement brésilien, afin de sensibiliser les voyageurs et les touristes aux questions environnementales.

Le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, a rappelé que le tourisme, qui représente le secteur économique le plus important du monde, avec 11% du PIB et 8% des emplois de la planète, peut devenir un moteur du développement durable à condition qu’il ait un impact positif sur l’environnement et le tissu social des pays d’accueil.

Introduit en Équateur, au Costa Rica, dans les territoires et départements d’Outre-mer de la France, ainsi qu’en Afrique du Sud, le « passeport vert » est un document qui contient des conseils à l’intention des touristes pour assurer que leurs vacances et leurs voyages ont un impact positif et contribuent au développement durable.

« Nous sommes ravi de participer à la campagne brésilienne du « passeport vert ». Dans quelques semaines, des milliers de personnes se rendront à Rio pour le Sommet de Rio+20 et en 2014, le pays accueillera la Coupe du monde de football, suivie des jeux olympiques d’été en 2016. Le soutien brésilien à l’initiative peut influencer les choix d’un grand nombre de visiteurs dans l’une des plus importantes destinations touristiques du monde », a déclaré Achim Steiner en présence de la Ministre de l’environnement du Brésil, Isabella Teixeira.

Le Brésil a lancé plusieurs initiatives à l’occasion de la journée et en préparation du Sommet Rio+20. Le ministre du tourisme Gaston Vieira qui était lui aussi présent lors du lancement de l’initiative du « passeport vert », a annoncé qu’il avait entamé des discussions avec le secteur hôtelier afin d’identifier des façons de réduire la consommation d’électricité et l’empreinte carbone.

Le gouvernement brésilien a également annoncé la fermeture de la plus grande décharge de l’Amérique latine de Gramacho à proximité de Rio de Janeiro et le transfert des détritus non-recyclables vers un site moderne plus sûr.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...