Désarmement nucléaire: le combat de Paul Quilès

Écouter /

Paul Quilès est un homme politique français qui a occupé plusieurs postes dans le gouvernement de son pays dont celui de Ministre de la défense. Maire de la cité médiévale de Cordes sur Ciel, en France, Paul Quilès défend activement depuis plusieurs années l'idée du désarmement nucléaire. C'est dans ce cadre qu'il avait pris la parole au Comité préparatoire de la conférence d'examen du Traité de non prolifération (TNP), qui s’est tenu à Vienne le 2 mai 2012

« Je sais que ce n'est pas un sujet qui passionne ce que l'on appelle l'opinion publique. Et pour cause ! Le discours officiel, en France tout particulièrement, prétend que l'armement nucléaire fait l'objet d'un 'consensus', qu'il constitue une 'assurance vie', une 'garantie de notre sécurité et de notre indépendance', la condition de notre présence parmi les 'grandes puissances' ; autant dire que ceux qui osent contester ces affirmations sont vite traités d'irresponsables » écrit-il sur son blog. «Pourtant, l'armement nucléaire et la théorie de la dissuasion font partie de l'héritage d'une autre époque, celle de la guerre froide et de la course démentielle aux armements imposée par l'affrontement Est-Ouest pendant 45 ans. » ajoute-t-il.

Concernant le Traité de non prolifération (TNP), il est un Traité multilatéral ouvert à la signature le 1er juillet 1968 à Londres, Moscou et Washington. Il est entré en vigueur le 5 mars 1970, pour une durée initiale de 25 ans. Les conférences d’examen ont lieu tous les cinq ans. Lors de la Conférence de 1995 chargée d’examiner le Traité et la question de sa prorogation, le Traité fut prorogé pour une durée indéfinie. Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires est un traité presque universel. Un État partie qui veut se retirer doit le notifier avec un préavis de trois mois.

Le TNP distingue les États dotés d’armes nucléaires des États non dotés d’armes nucléaires. Le TNP comporte quatre dispositions principales inscrites dans ses six premiers articles :

Les États dotés d’armes nucléaires s’engagent à ne pas transférer d’armes nucléaires ni à aider un États non dotés d’armes nucléaires à acquérir d’armes nucléaires, de technologies connexes, ou le contrôle de telles armes et dispositifs; et les États non dotés d’armes nucléaires s’engagent à ne pas accepter le transfert d’armes nucléaires et à ne pas en fabriquer.

Des garanties sont créées pour garantir que les produits fissiles spéciaux fabriqués ou utilisés dans les installations nucléaires des États non dotés d’armes nucléaires servent uniquement des fins pacifiques. Ces garanties sont gérées par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires reconnaît le droit de chaque État partie de développer la recherche, la production et l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Il autorise les États dotés d’armes nucléaires à aider les États non dotés d’armes nucléaires à exploiter les technologies nucléaires à des fins pacifiques.

Enfin le TNP exhorte les États parties à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures relatives au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict t efficace.

(Interview : Paul Quilès, Homme politique français, Maire de la cité médiévale de Cordes sur Ciel; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...