Conseil des droits de l'homme : l'appel au monde de Navi Pillay pour protéger le peuple syrien

Écouter /

Le Conseil des droits de l'homme a entamé, ce lundi à Genève, les travaux de sa 20e session, avec l'allocution d'ouverture de la Haut-Commissaire aux droits de l'homme. Dans son état des lieux de la situation mondiale, Navi Pillay s'est inquiétée de la détérioration de la situation au Mali, du sort des prisonniers politiques en Erythrée, de la tentative de restreindre le droit d'association Québec en écho à la contestation estudiantine, de la question des migrants ou de la lutte contre le racisme en Europe, mais aussi du sort des journalistes au Mexique.

Mais de ce tour d'horizon, la Chef des droits de l'homme a une fois de plus accusé Damas de crimes contre l’humanité et demandé que les auteurs des violences en Syrie soient jugés, y compris ceux qui ont attaqué les observateurs de l’ONU.

Concernant la situation en Syrie, Navi Pillay a une fois de plus demandé au régime de Bashar El Assad de mettre fin aux attaques contre les civils, accusant à nouveau le gouvernement syrien de crimes contre l’humanité. Dans ces conditions, Navi Pillay exhorte la communauté internationale à surmonter ses divisions pour mettre fin aux abus en Syrie, mais aussi faire tout leur possible pour que les auteurs des violences soient jugés, y compris ceux qui ont attaqué les observateurs de l’ONU.

Sur le continent africain, Navi Pillay a souligné la détérioration de la situation dans tout le Sahel depuis le coup d'Etat au Mali, alors que sévissait déjà une crise alimentaire. Evoquant la situation en Erythrée, elle note que des sources crédibles font état de 5000 à 10 000 prisonniers politiques, de détentions arbitraires, d'exécutions sommaires ou de travail forcé à Asmara. Le Haut-Commissariat a pris contact avec le gouvernement d'Asmara, proposant l'envoi d'une mission. Celui-ci n'a pas répondu à ce jour.

La Haut-Commissaire s'alarme par ailleurs de la violence grandissante contre les journalistes dans plusieurs pays latino-américains, citant particulièrement le cas du Mexique où pas moins de six journalistes ont été assassinés en l'espace de 30 jours en avril-mai.

Navi Pillay s'inquiète aussi des atteintes à la liberté d'expression en Europe orientale, en Ukraine, en Moldova, en Fédération de Russie, ainsi que des atteintes à l'indépendance de la justice et à la liberté des médias en Hongrie. La Haut-Commissaire s'est également dit préoccupée de la tentative du Québec de restreindre le droit de rassemblement, dans le cadre du mouvement de contestation étudiante.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...