Yémen : l'OMS confrontée à une crise sanitaire de grande ampleur

Écouter /

 

enfant du Yemen

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s'inquiète du sort de la population au Yémen. Depuis le début du conflit en 2011, la situation humanitaire et sanitaire ne cesse de se détériorer. L'OMS constate aussi que le conflit a un impact significatif sur le système de santé, qui peine à répondre aux besoins de la population.

Depuis l’année dernière, l'OMS observe une augmentation des besoins humanitaires des personnes déplacées, des communautés d’accueil, et de ceux qui sont directement touchés par le conflit. L'agence onusienne parle d'une crise humanitaire aiguë qui a eu un impact sur la prestation des services de santé essentiels tels que la vaccination, la gestion et le traitement des maladies de l’enfant, la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles et les services de santé reproductive

Ainsi, s'agissant de la rougeole, 20% des installations qui fournissent des services de vaccination ne sont pas fonctionnels. Depuis 2011, cette entraîné la mort de 170 enfants contre la rougeole avec 4500 cas déclarés. L’OMS et l’UNICEF ont appuyé le Ministère de la santé pour mener une campagne de vaccination en mars et avril. Au cours des deux phases de cette campagne nationale, autour de 7,6 millions d’enfants âgés de 6 mois à 10 ans ont été vaccinés avec une couverture d’environ 98%.

Pour ce qui est de la poliomyélite, il existe un risque élevé de retour de la maladie, en raison de la fragilité du système d’assainissement, de surveillance et de santé. Pour éviter un tel retour, l’OMS et l’UNICEF ont appuyé les efforts du ministère de la santé lors de deux campagnes nationales de vaccination en décembre 2011 et janvier 2012. D'autres campagnes sont prévues s cette année.

La malnutrition reste le problème de santé le plus grave et la plus grosse cause unique de la mortalité infantile au Yémen. Une enquête menée en février de cette année montre que le pourcentage d’enfants de moins de cinq ans, présentant une insuffisance pondérale dans les zones côtières du gouvernorat de Taiz, est en augmentation. Ce qui confirme la nécessité d’interventions immédiates pour sauver les vies des enfants et répondre à la situation critique à travers le pays.

Le financement du plan de réponse humanitaire 2012 est actuellement est assuré à hauteur de 25%, tandis que le financement de la riposte du secteur de la santé l'est pour 15%, bien loin des 56,2 millions de dollars nécessaires.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Femmes et enfants, L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...