UNOCA: mieux coopérer avec la CEEAC et éliminer la LRA

Écouter /

Abou Moussa, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique centrale et Chef de l'UNOCA (à gauche)

Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, Abou Moussa, le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique centrale et Chef du Bureau régional des Nations Unies dans cette région (UNOCA), évoque les initiatives pour mettre un terme aux atrocités commises par les éléments de la LRA, l'armée de résistance du seigneur. Il révèle aussi le contenu du récent accord signé à Libreville, au Gabon, entre son Bureau et la CEEAC, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale.

Le Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), Abou Moussa, et le Secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Nassour Guelengdouksia Ouaidou, ont signé recemment à Libreville, la capitale du Gabon, un document définissant le cadre opérationnel de coopération pour « une action commune dans le domaine de la paix et de la sécurité ». L’UNOCA et la CEEAC envisagent notamment de travailler ensemble dans des champs clés tels que la gouvernance politique, l’intégration humaine, la communication, la formation, les processus électoraux, les opérations humanitaires et de soutien à la paix, la gouvernance sécuritaire. L’UNOCA et la CEEAC prévoient de mettre en place un plan d’actions pour mieux organiser leur collaboration dans ces domaines prioritaires, a précise l’UNOCA dans un communiqué de presse.

La cérémonie de signature de ce document a eu lieu au siège de la CEEAC à Libreville. Elle a été suivie d’une réunion tripartite entre le Secrétaire général de la CEEAC, le chef de l’UNOCA et la Secrétaire exécutive adjointe de la Commission du Golfe de Guinée (CGG), Florentina Adenike Ukonga. Cette rencontre a permis de poser les bases d’une collaboration étroite dans la recherche des solutions aux questions d’intérêt commun, et en particulier celles relatives à la lutte contre la piraterie dans le Golfe de Guinée.

Concernant la lutte contre l'armée de résistance du seigneur (LRA), Abou Moussa, et l’Envoyé spécial de l’Union africaine pour la question de la LRA, Francisco Madeira, ont rencontré récemment des victimes de ce groupe rebelle armé en République démocratique du Congo (RDC). Les deux personnalités se sont entretenus avec des victimes de la LRA ayant fui leurs villages pour s’installer sur le site de Linakoyo, près d’une base de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) à Dungu, dans la Province orientale.

Francisco Madeira a évoqué l’importance de la Force régionale d’intervention (FRI) autorisée par l’UA pour traquer Joseph Kony, le leader de la LRA, et ses hommes. Il a officiellement présenté aux populations le commandant de ladite Force, le Colonel ougandais, Dick Prit Olum.

De son côté, Abou Moussa n’a pas caché son émotion face aux problèmes humanitaires auxquels sont confrontés les déplacés. « Notre vœu le plus cher est que vous retourniez chez vous et que vous continuiez à vaquer à vos occupations habituelles. Nous allons tous continuer à travailler pour que cet objectif soit atteint », a souligné le chef de l’UNOCA.

Après Dungu, Moussa et Madeira s'étaient rendus à Obo, dans le sud-est de la République centrafricaine, ensuite à Yambio et à Nzara, au sud-ouest du Soudan du Sud, où est basé le quartier général de la Force régionale d’intervention mise en place par l’Union africaine (UA) dans le cadre de son Initiative de coopération régionale contre la LRA instituée en novembre 2011 par le Conseil de paix et de sécurité.

(Extrait sonore : Abou Moussa, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique centrale et Chef de l'UNOCA ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Dossiers, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...