Syrie : la majorité des victimes à Houla ont été exécutées, selon les services de Navi Pillay

Écouter /

Navi Pillay, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (Photo ONU/Jean-Marc Ferré)

À Genève, le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a affirmé ce mardi 29 mai que sur les 108 personnes tuées au cours du week-end dans le massacre de Houla, 49 étaient des enfants et 34 des femmes.

Selon le décompte des observateurs des Nations unies, moins de vingt de ces victimes ont été tuées par des tirs d'artillerie ou de chars. Le porte-parole du Haut Commissariat, Rupert Colville, a déclaré au cours d'une conférence de presse que la plupart des autres victimes auraient été sommairement exécutées, lors de deux incidents séparés, par des membres des milices « chabbiha », loyales à Damas. Les rescapés de la tuerie ont ainsi déclaré aux enquêteurs des Nations Unies que la plupart des victimes avaient péri lors de deux vagues d'exécutions sommaires menées par ces miliciens dans le village voisin de Taldaou.

Au cours de cette conférence de presse à Genève, Rupert Colville a par ailleurs souligné que le Haut Commissariat espère qu'il y aura un rapport détaillé sur le massacre de Houla. « Ce qui est très clair, c'est un événement absolument abominable qui a eu lieu à Houla et des exécutions sommaires de civils, y compris de femmes et d'enfants », a dénoncé Rupert Colville. « À ce stade, il semble que familles entières ont été tuées dans leurs maisons ». Rupert Colville qualifie d'ailleurs ces exécutions sommaires d'enfants et de femmes d'événement absolument abominable.

Les services de Navi Pillay indiquent que ce bilan provisoire se base sur les investigations qui ont eu lieu pendant le week-end sur place par les observateurs de l'ONU.

L'Envoyé spécial des Nations Unies et de la Ligue arabe, Kofi Annan, a fait part au Président syrien Bachar al-Assad lors de leur rencontre ce mardi à Damas, des « graves préoccupations de la communauté internationale » après le massacre à Houla. Kofi Annan a indiqué, selon son porte-parole, de façon franche au Président Assad sa conviction que le plan en six points ne peut pas réussir si des mesures courageuses ne sont pas prises pour mettre fin aux violences et libérer les prisonniers. Il a souligné l'importance d'une mise en œuvre complète de ce plan. A son arrivée lundi à Damas, pour sa deuxième visite depuis sa désignation comme médiateur pour la Syrie il y a trois mois, Kofi Annan s'est dit « horrifié » par le massacre qui a fait 108 morts vendredi et samedi dans la localité de Houla.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

À Genève, le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a affirmé ce mardi 29 mai que sur les 108 personnes tuées au cours du week-end dans le massacre de Houla, 49 étaient des enfants et 34 des femmes.

Selon le décompte des observateurs des Nations unies, moins de vingt de ces victimes ont été tuées par des tirs d'artillerie ou de chars. Le porte-parole du Haut Commissariat, Rupert Colville, a déclaré au cours d'une conférence de presse que la plupart des autres victimes auraient été sommairement exécutées, lors de deux incidents séparés, par des membres des milices « chabbiha », loyales à Damas. Les rescapés de la tuerie ont ainsi déclaré aux enquêteurs des Nations Unies que la plupart des victimes avaient péri lors de deux vagues d'exécutions sommaires menées par ces miliciens dans le village voisin de Taldaou.

Au cours de cette conférence de presse à Genève, Rupert Colville a par ailleurs souligné que le Haut Commissariat espère qu'il y aura un rapport détaillé sur le massacre de Houla. « Ce qui est très clair, c'est un événement absolument abominable qui a eu lieu à Houla et des exécutions sommaires de civils, y compris de femmes et d'enfants », a dénoncé Rupert Colville. « À ce stade, il semble que familles entières ont été tuées dans leurs maisons ». Rupert Colville qualifie d'ailleurs ces exécutions sommaires d'enfants et de femmes d'événement absolument abominable.

Les services de Navi Pillay indiquent que ce bilan provisoire se base sur les investigations qui ont eu lieu pendant le week-end sur place par les observateurs de l'ONU.

L'Envoyé spécial des Nations Unies et de la Ligue arabe, Kofi Annan, a fait part au Président syrien Bachar al-Assad lors de leur rencontre ce mardi à Damas, des « graves préoccupations de la communauté internationale » après le massacre à Houla. Kofi Annan a indiqué, selon son porte-parole, de façon franche au Président Assad sa conviction que le plan en six points ne peut pas réussir si des mesures courageuses ne sont pas prises pour mettre fin aux violences et libérer les prisonniers. Il a souligné l'importance d'une mise en œuvre complète de ce plan. A son arrivée lundi à Damas, pour sa deuxième visite depuis sa désignation comme médiateur pour la Syrie il y a trois mois, Kofi Annan s'est dit « horrifié » par le massacre qui a fait 108 morts vendredi et samedi dans la localité de Houla.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...