Syrie : Kofi Annan juge inacceptable la poursuite de la violence

Écouter /

Kofi Annan, l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie

Alors que la communauté internationale s'inquiète de la perspective d’une “guerre civile totale” en Syrie, l’Envoyé spécial conjoint de l’Organisation des Nations Unies et la Ligue des États arabes sur la crise syrienne, Kofi Annan, a déclaré aujourd’hui que les niveaux de violence et de violations des droits humains dans le pays sont inacceptables et que la Mission d’observation des Nations Unies est peut-être la seule chance qui reste pour le stabiliser.

Kofi Annan a déclaré aux journalistes à Genève, qu’il ya eu une certaine diminution des activités militaires, mais il y a encore de graves violations de la cessation de la violence malgré les engagements pris.

“Les niveaux de violence et les abus sont inacceptables», a-t-il déclaré, après un exposé au Conseil de sécurité à New York, par vidéoconférence, sur l’état de la mise en œuvre de son plan en six points pour mettre fin à la crise en Syrie.

La crise, qui a débuté en mars 2011 par un mouvement de protestation semblable à ceux qui à travers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, a coûté la vie à plus de 9.000 personnes, principalement des civils et en a déplacé des dizaines de milliers. Le plan de Kofi Annan appelle à mettre fin à la violence, à accorder l’accès aux organisations humanitaires, à apporter un soulagement à ceux qui en ont besoin, libérer les détenus, lancer un dialogue politique inclusif qui prenne en compte les aspirations du peuple syrien, et permettre l’accès sans restriction aux médias internationaux.

“Les troupes gouvernementales et les véhicules blindés sont toujours présents, mais en plus petites formations», a dit Kofi Annan. “Il ya eu des épisodes inquiétants de violence décidés par le gouvernement, mais nous avons également vu les attaques contre les forces gouvernementales, les troupes et les bâtiments. Et il ya eu une vague d’attentats, qui sont vraiment inquiétants, et qui créent, j'en suis sûr, une insécurité incroyable parmi la population civile. ”

Kofi Annan a souligné qu’il est clair que la présence des observateurs de la Mission de supervision de l’ONU en Syrie a permis de calmer les choses dans certaines situations.

La Mission autorisée par le Conseil de sécurité le mois dernier, est composée d’un maximum de 300 observateurs militaires non armés et déployés pour une période initiale de 90 jours. Elle est chargée de surveiller la cessation de la violence en Syrie et de soutenir la mise en œuvre intégrale du plan en six points.

«Je crois que la mission de supervision de l’ONU est peut-être la seule chance qui reste de stabiliser le pays”, a déclaré Kofi Annan. “Il ya une profonde inquiétude que le pays puisse par ailleurs sombrer dans la guerre civile et avec des implications qui sont tout à fait effrayantes. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise”, a-t-il ajouté.

“J’espère que le gouvernement et toutes les composantes de l’opposition comprennent cela et sauront saisir cette fragile, mais réelle, possibilité de ramener la situation sous contrôle”, a-t-il déclaré. “La violence doit cesser et un processus politique crédible doit commencer pour le bien du peuple syrien.”

Le Conseil de sécurité a également entendu un exposé à huis clos du Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, qui a fourni une mise à jour sur le déploiement de la Mission de supervision. On estime que tous les 300 observateurs seront sur le terrain d’ici la fin du mois.

Avant de briefer le Conseil de sécurité, l’Envoyé spécial conjoint avait rencontré le Président de l’Assemblée générale, Abdul Aziz Nassir Al-Nasser, avec qui il a discuté de la mise en œuvre du plan en six points. Ce dernier a souligné la nécessité urgente de progresser sur les questions, basées sur les résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité.

Le Président de l'Assemblée générale a également insisté sur la nécessité pour les autorités syriennes et les autres parties de coopérer pleinement avec Kofi Annan et son équipe pour la mise en œuvre intégrale des résolutions pertinentes afin de résoudre la crise et d'aider tous les Syriens de la paix à restaurer la stabilité et l’unité du pays.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...