Soudan : l'OIM lance des opérations de retour par voie aérienne pour les Sud Soudanais bloqués à Kosti

Écouter /

Des familles en attente avant leur retour au Soudan du Sud.

Les autorités soudanaises ont décidé finalement de repousser la date-limite pour l’expulsion de milliers de Soudanais du Sud qui campent dans la zone de transit de Kosti, située à 200 km au sud de la capitale soudanaise. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a reçu hier une confirmation de Khartoum du report de cette date-butoir. Initialement prévu pour le samedi 5 mai, un nouveau délai flexible a été fixé au 20 mai prochain. Les 15 000 Sud Soudanais de Kosti rejoindront Khartoum par bus avant de rentrer à Juba par voie aérienne avec des vols affrétés par l'OIM.

Actuellement, entre 12 000 et 15 000 Soudanais du Sud sont en attente d'un moyen de transport vers le Soudan du Sud, dans la zone de transit de Kosti, située à 200 km au sud de Khartoum, dont certains depuis plusieurs mois.

L'OIM avait exprimé mardi dernier sa vive préoccupation après l'annonce faite par le Gouverneur de l'Etat soudanais du Nil Blanc qui sommait toutes les organisations internationales, ONG et tous les Soudanais du Sud qui attendent actuellement un moyen de transport à Kosti, de quitter le pays d'ici le 5 mai. Cette décision avait soulevé l’inquiétude des Nations unies et de l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM), qui avaient estimé que l’ordre du gouverneur compliquait encore plus le transfert des milliers de Sud-Soudanais de Kosti.

L’OIM avait appelé les autorités à accorder un délai supplémentaire afin que ces réfugiés puissent gagner le Soudan du Sud dans « la sécurité et la dignité », ajoutant que qu’ils dépendaient entièrement de la communauté internationale pour leur subsistance et leur santé.

Les réfugiés de Kosti font partie des quelque 350.000 Sud-Soudanais qui se trouvent toujours au Soudan après la date-limite du 8 avril fixée par Khartoum pour leur départ du Soudan ou la régularisation de leur situation dans le pays.

Dans son Mémorandum d'accord avec le Soudan du Sud signé le 12 février, le Gouvernement du Soudan avait affirmé que les deux gouvernements s'engageaient à rapatrier les ressortissants sud-soudanais depuis le Soudan vers le Soudan du Sud « de manière volontaire, dans la paix et la dignité ». Les deux gouvernements ont décidé de « coopérer avec tous les acteurs qui œuvrent pour le retour afin de faciliter le processus ». Bien que le Mémorandum d'accord ne s'appliquait officiellement que jusqu'à la fin de la période de transition, le 8 avril, les principes énoncés restent valables. Les 8 et 9 avril, le Gouvernement du Soudan avait précisé qu'il serait tolérant envers les Soudanais du Sud qui ne peuvent pas quitter le Soudan ou qui ne parviennent pas à obtenir les documents nécessaires pour régulariser leur séjour.

(Interview : Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...