Sophie Ravier : maintenir la paix mais aussi l'environnement

Écouter /

Le 1er mai, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié un nouveau rapport sur la manière dont les opérations de maintien de la paix affectent et sont affectées par les ressources naturelles et par l’environnement en général.

 L’étude réalisée durant deux ans montre que les seize opérations de maintien de la paix actuellement déployées par les Nations Unies ont la plus importante empreinte carbone de tout le système onusien.

Intitulé “Verdir les Casques bleus : environnement, ressources naturelles et opérations de maintien de la paix des Nations Unies”, le rapport note que grâce à l'adoption, en 2009, de leur politique environnementale, les opérations de maintien de la paix des Nations Unies ont une plateforme robuste pour réduire leur impact environnemental.

Aussi selon le tout nouveau rapport du PNUE, la mise en œuvre de bonnes pratiques dans ce domaine a également des avantages additionnels, tels que des économies financières accrues pour les missions et une amélioration de la sûreté et de la sécurité des communautés locales et du personnel des Nations Unies.

« L'exemple de la FINUL illustre ce que toutes nos missions de maintien de la paix sont aujourd'hui en train de réaliser » a observé Anthony Banbury, Directeur intérimaire du Département de l’appui aux missions.

« Verdir le bleu n'est pas juste notre devise, c’est aussi notre engagement à veiller à ce que les Casques bleus aient un impact positif et durable dans les pays où ils sont déployés » a ajouté Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint, en charge du Département des opérations de maintien de la paix.

Les opérations de maintien de la paix sont autorisées par le Conseil de sécurité des Nations unies pour ramener la paix dans un pays ou un territoire. Elles sont supervisées par le Département des opérations de maintien de la paix. Depuis 1948, date de la première opération, l'Opération des Nations Unies chargée d'observer la trêve (ONUST), les Nations unies ont déployé 61 opérations de maintien de la paix.

Ces dernières sont des missions de prévention d’un conflit. La force déployée est, en général, présente pour : observer un cessez-le-feu et les mouvements de troupes ; engager des opérations de désarmement, de démobilisation, de réinsertion et de rapatriement ; appuyer des opérations humanitaires ; soutenir un processus de paix ; donner une assistance dans le domaine des droits de l’homme ; assurer l’ordre public.

Les missions n'ont, en général, pas de vocation offensive et ne doivent pas ouvrir le feu autrement qu’en cas de légitime défense. Ces missions ne suffisent généralement pas à instaurer une paix solide et durable.

Pour sa part, le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, a déclaré que traiter la propriété, le contrôle et la gestion des ressources naturelles est essentiel pour maintenir la sécurité et restaurer l’économie des pays sortant d’un conflit.

« Il y a eu peu de progrès dans l’examen et la documentation systématique de la façon dont les ressources naturelles peuvent supporter, faire progresser ou porter atteinte aux objectifs d’une mission de la paix. Ce rapport est donc une première tentative d'en comprendre les liens et d’identifier les bonnes pratiques et les lacunes en la matière » a dit Achim Steiner.

(Interview : Sophie Ravier, chargée de mission environnement au sein du Département d'appui aux missions)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...