Somalie : il faut protéger les civils d'Afgooye, selon Mark Bowden

Écouter /

Des troupes de l'AMISOM (Photo ONU/Stuart Price)

Alors que la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) et les forces armées somaliennes ont entamé leurs opérations dans le corridor d'Afgooye, en dehors de Mogadiscio, le Coordinateur humanitaire de l'ONU pour la Somalie, Mark Bowden a lancé mercredi 23 mai, un appel à tous les partis pour qu'ils minimisent l'impact des conflits sur les civils et qu'ils garantissent aux humanitaires le plein accès aux personnes dans le besoin.

Pour l'instant, aucun mouvement important de population dans le corridor n'a été constaté, a constaté Mark Bowden. Mais le coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Somalie s'inquiète qu'une escalade des hostilités ou une prolongation des opérations fasse fuir les populations, les coupant de l’aide indispensable qu'ils requièrent ou rajoutant un poids sur les populations d'accueil de Mogadiscio.

Le Coordinateur humanitaire souligne que tout en demeurant neutre et n'ayant aucun parti pris dans les démarches politiques et militaires, les humanitaires sont en pleine coordination afin de pouvoir venir en aide aux civils les plus affectés par les opérations militaires dans le corridor d’Afgooye.

Depuis mardi 22 mai, l'AMISOM et les Forces armées somaliennes (SNA) ont entamé des opérations militaires et ont pénétré dans le camp d'Afgooye pour en « assurer la sécurité » et repousser les El-Shabaab plus loin de la capitale somalienne.

Le corridor d'Afgooye, une zone rurale il y a quelques années, est devenu aujourd'hui un des plus grands camps de réfugiés au monde, et la quatrième agglomération urbaine somalienne avec près de 400.000 réfugiés. Cette localité située dans les environs de Mogadiscio, a longtemps été un foyer des éléments de El-Shabaab, et hors de portée des humanitaires.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...