Peuples autochtones : l'exemple du Congo-Brazzaville pour un développement inclusif

Écouter /

Bienvenu Okiemy, Ministre de la communication et des relations extérieures du la République du Congo

« Il ne faut pas avoir peur en terme d'autonomisation des peuples autochtones, il faut que tous les fils et toutes les filles du Congo aient les mêmes droits, et que ce pays se développe avec cohérence et efficacité ». C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui le Ministre de la communication congolais, Bienvenu Okiemy, dans une interview à la Radio des Nations Unies.

Le Ministre est venu représenté les efforts pionniers en matière des droits des autochtones déployés dans son pays devant la 11ème session de l’Instance permanente sur les questions autochtones, qui poursuit ses travaux jusqu'au 17 mai au Siège de l'ONU à New York.

Cette année l'Instance a tenu à mettre en exergue l'exemple de la République du Congo par rapport au droits des peuples autochtones en Afrique. Ce pays est le premier a s'être doté d'une loi reconnaissant ses peuples autochtones et leur octroyant des droits, allant des droits sur leurs terres, à l'accès aux services de santé et à l'éducation, mais aussi au droit à s'organiser pour mieux faire valoir leurs différences et leurs atouts.

La loi congolaise sur les peuples autochtones a été élaborée en collaboration avec la participation des autochtones du Congo-Brazzaville et de la population majoritaire bantue, avec le gouvernement, ainsi qu'avec l'assistance d'organisations internationales dont les Nations Unies.

Cette expérience congolaise devrait servir « d'école » non seulement pour le reste du continent, mais aussi pour d'autres pays du monde qui doivent encore œuvrer à l'autonomisation et à l'inclusion de leurs peuples autochtones dans leur cadre national.

(Extrait sonore : Bienvenu Okiemy, Ministre de la communication et des relations extérieures du la République du Congo ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...