ONU : la Somalie entame la « phase critique vers la fin de transition »

Écouter /

Augustine Mahiga, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Somalie

A quelques semaines de la conférence d'Istanbul et à quatre mois du délai fixé pour mettre fin à la transition en août 2012, le Conseil de sécurité s'est réuni ce mardi pour examiner le dernier rapport du Secrétaire général sur la situation dans ce pays.

 Selon le Augustine Mahiga, qui a présenté le rapport devant les quinze ce matin à New York, «nous entamons la phase critique de la fin de transition en Somalie. »

Sur le plan politique, le rapport indique que « c'est le moment ou jamais de faire entrer le pays dans une nouvelle phase du processus politique ».

Selon Augustine Mahiga, l'Assemblée constituante doit être mise sur pied pour adopter le projet de constitution et permettre de mettre fin à la transition en août. À cet effet, quelque 135 chefs traditionnels se trouvent actuellement à Mogadiscio pour sélectionner les 835 membres devant la constituer, les chefs traditionnels étant, a expliqué le Représentant spécial, la seule base légitime de sélection à défaut d'élections directes.

Sur le plan de la sécurité, l'ONU se félicite de la présence accrue et renforcée de l'AMISON sur le terrain ainsi que de ses avancées aux côtés de l'armée somalienne. Les milices d'el-Shabaab continuent de constituer une menace mais le gouvernement de transition est sommé d'asseoir sont autorité dans les zones laissées vacantes par ces groupes, en rétablissant l'administration précédente, assurant la sécurité de façon locale et pourvoyant des services sociaux de base.

Aussi, une stratégie de sortie de la transition est à l'étude avec notamment le développement de l'architecture de sécurité, comprenant l'intégration des forces armées somaliennes, la création d'un système de police et de justice, et de programmes destinés aux combattants démobilisés.

Sur le plan humanitaire, l'aide de la communauté internationale est toujours sollicitée, même si la situation s'est nettement améliorée suite à l'aide d'urgence apportée au cours de l'année écoulée.

Selon Augustine Mahiga, le processus de paix étant toujours fragile, il est important que ceux qui tentent de le saper soient sanctionnés, que ce soit par des dénonciations publiques ou des interdictions de déplacement dans la région.

« Dans les mois qui restent avant la fin de la transition, il est nécessaire d'intensifier les efforts de sensibilisation du public et d'éducation civique sur le processus de paix en harmonisant les messages diffusés », a déclaré le Représentant spécial de l'ONU pour la Somalie.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...