Libye : l'ONU dénonce l'usage de la torture dans des prisons

Écouter /

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a exprimé mercredi sa préoccupation auprès des autorités libyennes, au plus haut niveau, concernant les récents décès de trois individus dans le centre de détention de Zaroug à Misrata, qui est contrôlé par le Comité suprême de la sécurité sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur.

« Les trois détenus sont morts le 13 avril 2012 et la MANUL pense que leur mort pourrait être due à la torture. La MANUL a eu également connaissance d’au moins sept cas de personnes qui ont été torturées au même endroit. Il y a aussi des accusations de torture et de mauvais traitements sur des prisonniers entre les mains de brigades armées dans des centres de détention, en particulier à Tripoli, Zawiya et Zintan, ainsi qu’à Misrata », a précisé la Mission onusienne dans un communiqué de presse.

La MANUL se dit également préoccupée par les informations faisant étant de l’existence de centres de détention secrets gérés par des brigades, où les détenus risquent notamment la torture.

« La MANUL exhorte le gouvernement à prendre des mesures immédiates et concrètes pour répondre à la situation, notamment à mener une enquête complète afin que les responsables rendent des comptes et à établir un mécanisme interne d’inspection efficace couvrant tous les lieux où des personnes sont privées de liberté », ajoute le communiqué de presse.

La Mission onusienne a salué la déclaration du Comité suprême de la sécurité de Misrata condamnant ces actes et promettant son soutien à des enquêtes et à des poursuites judiciaires.

Reconnaissant les difficultés du gouvernement libyen face au transfert de responsabilité concernant les détenus aux autorités étatiques adéquates, la MANUL a reconnu les progrès réalisés en la matière, même s’ils sont lents.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...