Kidjo et Bridgewater : unifier le monde avec le jazz

Écouter /

Dee Dee Bridgewater (à gauche), en compagnie d'Angélique Kidjo, lors de la répétition du concert pour la Journée internationale du jazz (Photo : Radio des Nations Unies/Florence Westergard)

Pour les chanteuses Angélique Kidjo et Dee Dee Bridgewater, le jazz va au-delà de la musique. Pour elles, c'est un langage universel, qui rassemble et unifie les gens de divers horizons.

Rencontrées dans la salle de l'Assemblée générale à New York, en pleine répétition générale pour le concert tenu à l'occasion de la toute première Journée internationale du jazz, la chanteuse béninoise et la chanteuse américaine partagent leurs impressions sur cette célébration de la musique initiée par l'UNESCO.

« Sans la musique, je pense qu'il n'y aurait pas d'Assemblée générale. Parce que la musique permet aux gens, après des discussions intenses et après des événements douloureux, de pouvoir se reconstruire » explique la Béninoise Angélique Kidjo.

En proclamant le 30 avril Journée internationale du jazz, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), cherche à sensibiliser la communauté internationale aux vertus du jazz comme force de paix, d'unité et de dialogue entre les peuples.

Tradition musicale née en Nouvelle-Orléans, aux Etats-Unis, le jazz a ses racines en Afrique, mais s'affiche aujourd'hui dans une palette de variations, aux quatre coins du monde.

L'Américaine Dee Dee Bridgewater reconnaît ce caractère universel du jazz : « Le fait que je sois sur scène avec des musiciens de l'Inde, de l'Asie et des musiciens américains, et qu'on fasse une composition de Duke Ellington, ça c'est très fort ».

Enfin, revenant sur la place du jazz dans les activités et les objectifs des Nations Unies, Angélique Kidjo ajoute ceci : « La musique pour moi, c'est l'arme de la paix. Ce mandat, on le porte tous quand on est artiste. Où qu'on aille dans le monde, nous sommes porteurs de ce message de paix et de force, qu'on donne aux gens qui viennent écouter. »

(Interview : Angélique Kidjo, chanteuse de jazz béninoise, et Dee Dee Bridgewater, chanteuse de jazz américaine ; propos recueillis par Florence Westergard et Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...