CPI : deux mandats d'arrêt pour stopper les crimes dans la région des Grands Lacs

Écouter /

Luis Moreno-Ocampo, Procureur de la Cour pénale internationale (UN Photo/JC McIlwaine)

Le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a présenté aujourd'hui deux nouvelles demandes d'arrestation pour les « leaders des deux milices les plus dangereuses de l'Est de la RDC », a annoncé ce lundi le Procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, lors d'une conférence de presse à New York.

Selon le Procureur, la première demande concerne une amplification du mandat d'arrêt contre Bosco Ntaganda, suite aux éléments découverts lors du procès contre Thomas Lubanga. Cette requête comprend des crimes contre l'humanité –meurtre, persécution basée sur l'ethnie, viol, esclavage sexuel– et des crimes de guerre, attaques contre des civils, meurtres viols et pillages.

La deuxième demande d'arrestation vise Sylvestre Mudacumura, le chef suprême des Forces de libération du Rwanda (FDLR), l'un des derniers groupes issus du génocide rwandais à s'être reconstitué dans les camps de réfugiés et qui sont à l'origine des guerres du Congo qui ont fait plus de quatre millions de morts.

Luis Moreno Ocampo a précisé que l'annonce des deux demandes d'arrêt pourrait avoir deux effets désirés. D'une part, inciter à la démobilisation », et encourager les miliciens à aider aux arrestations. D'autre part, Luis Moreno Ocampo et son équipe espèrent que, contrairement au passé, les attaques militaires soient remplacées par des opérations d'arrestations pour éviter la mort de civils.

« Nous espérons que ces demandes d'arrestations si elles sont accordées auront pour effet d'aider à mettre un terme aux crimes dans la région des Grands Lacs », a conclu le Procureur de la CPI.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Classé sous Actualités du Siège, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...