Conseil de sécurité : le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies à Abiyei reconduit de six mois

Écouter /

La salle du Conseil de sécurité (UN Photo)

Le Conseil de sécurité a examiné rapidement ce matin la situation qui prévaut dans la zone d'Abiyei, une zone riche en ressources pétrolières que se disputent le Soudan du Sud et le Soudan. Sur le terrain une mission, la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies à Abiyei (FISNUA) a pour mandat d'observer la paix. Un mandat que le Conseil de sécurité a décidé de proroger pour une durée de six mois.

Dans le même temps la situation sur le terrain reste très tendue entre le Soudan et le Soudan du Sud. L'aviation soudanaise est accusée de bombarder des zones pétrolières frontalières, même après le retrait des forces du Soudan du Sud de ces zones.

Lors d'un point de presse à l'ONU, les ambassadeurs du Soudan et du Soudan du Sud se sont lancés des accusations mutuelles ; dans un face à face où la langue de bois et les détours verbaux étaient au rendez-vous.

Si les quinze ont voté à l'unanimité pour la prorogation du mandat de la Force intérimaire de sécurité pour Abiyei, les parties concernées, elles, ne semblent partager que leurs bonnes intentions. Ainsi devant les journalistes, le Représentant du Soudan du Sud, Francis Nazario a rappelé que son pays s'est conformé aux résolutions précédentes du Conseil de sécurité, en retirant ses troupes de la zone d'Abyei. Son gouvernement, dit-il, invite maintenant les autorités de Karthoum à lui emboîter le pas.

En réponse, le Représentant du Soudan, qui assure que son gouvernement est « fermement engagé » à respecter l'entente de juin 2011 pour la démilitarisation d'Abyei, insiste sur la nécessité d'un retrait simultané des forces des deux pays. Interrogé sur les frappes aériennes qui se poursuivent, Idris Ismail Faragalla Hassan a démenti d'abord que de telles frappes aient eu lieu, en accusant les médias de manipulation. Puis, il s'est ravisé, en expliquant que l'armée soudanaise ne fait que son devoir, soit protéger le territoire et la population du Soudan.

(Extraits sonores: Francis Nazario, Représentant du Soudan du Sud auprès de l’ONU, et Idris Ismail Faragalla Hassan, Représentant permanent adjoint et Chargé d’affaires du Soudan auprès de l’ONU; mise en perspective de Jérôme Longué et Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...