Congo-Brazzaville : les autochtones doivent jouer le même rôle que les autres composantes de la société

Écouter /

Un Pygmé Aka et son fils

La République du Congo est le premier pays africain à s'être doté d'une loi visant la protection des droits de ses peuples autochtones. Pour son rôle pionnier, il est l'une des vedettes de la 11ème session de l’Instance permanente sur les questions autochtones réunie jusqu'au 17 mai au Siège de l'ONU, à New York.

Le Ministre de la communication et porte-parole du gouvernement congolais, Bienvenu Okiemy, a été invité à partager l'expérience de son pays avec la communauté internationale, dans le cadre de cette session, l'occasion pour la Radio des Nations Unies d’aller à sa rencontre.

Pour Bienvenu Okiemy, « les Pygmées ont des différences et ces différences doivent participer au développement du pays. Il n'est pas question de se priver des talents des Pygmées alors que nous avons besoin de ces talents-là».

L'adoption de cette loi est d'autant plus cohérente pour le pays, souligne le Ministre, que la République du Congo a ratifié la plupart des traités internationaux portant sur la protection des droits de l'homme.

Selon le porte-parole du gouvernement congolais, le pays entend à présent prendre un certain nombre de décrets d'application pour que la loi devienne une réalité. Concrètement, ces décrets devraient donner accès à l'éducation, en emmenant l'éducation nationale dans les régions autochtones et en proposant une éducation adaptée afin de ne pas être rejetée. Aussi, étant donné le fort taux de pénétration de VIH SIDA parmi la population pygmée du Congo-Brazza, il importe de donner accès au dépistage et aux soins pour lutter contre cette maladie. Il convient également de les autoriser à administer leur territoire, rédiger des actes de naissances, et établir un Réseau national des populations autochtones du Congo, pour leur permettre de s'organiser comme toutes les composantes de la société civile et de se projeter dans l'avenir du Congo.

Il faut savoir qu'au Congo-Brazzaville les peuples autochtones, ou Pygmées, sont considérés les peuples premiers et que les Bantu y sont aujourd'hui majoritaire et dominants.

Au sortir des indépendances, le Congo-Brazzaville a hérité d'un décalage juridique, qui accordait plus d'importance aux Bantus qu'aux Pygmés. Une situation que le pays a cherché à rééquilibrer, un peu plus de cinquante ans après son indépendance, en adoptant en 2010 sa loi sur les droits des autochtones.

« Nous pensons que le Congo doit être un tout indivisible, avec à l'intérieur des subjectivités et des particularités, chacune faisant valoir sa spécificité culturelle», a déclaré le Ministre au micro de la Radio des Nations Unies.

(Interview : Bienvenu Okiemy, Ministre de la communication et porte-parole de République du Congo ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...