Asie-Pacifique : pour un développement soucieux de l'environnement et des changements climatiques

Écouter /

L'aéroport de Bangkok inondé, en 2011. La Thaïlande est vulnérable aux effets du changement climatique. (UN Photo Mark Garten)

« L'avenir commun du monde sera grandement affecté par les décisions prises en Asie et dans le Pacifique en faveur d'un choix de croissance à faible intensité carbonique, » a déclaré le Directeur régional du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour l'Asie et le Pacifique, Ajay Chhibber, en commentant le dernier rapport régional sur le développement humain. « L'objectif est clair: réduire la pauvreté, accroître la prospérité, mais laisser une empreinte carbone réduite », a-t-il ajouté.

Le rapport du PNUD sur le développement humain pour l'Asie-Pacifique 2012 réaffirme que les politiques et actions dans la région auront un impact mondial car la région rassemble plus de la moitié de la population mondiale et la moitié des mégapoles de la planète.

Toutefois, le document souligne que les pays de la région auront besoin de changer la façon dont ils fabriquent les produits, gèrent les cultures et le bétail, et produisent de l'énergie. De même il faudra promouvoir des options de développement durable susceptibles de favoriser l'emploi des pauvres.

« Les pays en développement de la région Asie-Pacifique sont beaucoup moins prisonniers des anciens moyens de production et de consommation ayant une forte empreinte carbonique. La région Asie-Pacifique a non seulement l'impératif, mais a aussi la possibilité de gérer le développement différemment », indiquent les auteurs du rapport.

Pour être en mesure de passer à une économie plus verte, le rapport souligne qu'il doit y avoir un changement dans l'industrie de production énergétique et dans les pratiques agricoles de la région. Actuellement, environ 85% de l'énergie primaire de la région provient de combustibles fossiles sous la forme de charbon, de gaz naturel et de pétrole, et le recours à ces combustibles représente 37% des émissions mondiales générées par la production agricole, en raison de l'augmentation des cheptels, de l'extension des cultures, du changement dans l'utilisation des terres et de la déforestation.

La disparité des revenus est également un problème important soulevé par le rapport. Bien qu'il existe plus de 2,5 milliards d'abonnements de téléphonie mobile, la moitié de la population de la région – 1,9 milliard de personnes – n'a pas accès à des services de base, notamment à des toilettes. Le document indique que la réduction de cet écart sera possible mais en recourant fortement aux ressources naturelles de la région, ce qui nécessitera la mise en œuvre de mesures durables.

Le rapport 2012 sur le développement humain dans la région Asie-Pacifique, qui vise à relancer le dialogue sur le changement climatique en mettant les préoccupations des populations au premier plan des préparatifs de la Conférence des Nations Unies pour le développement durable (Rio +20), fournit une série de recommandations pour un développement moins axé sur le carbone.

A cet effet, le PNUD émet dans son rapport quatre principales recommandations : encourager la transition vers les technologies vertes en matière d'énergie, d'agriculture et de transport; étendre le financement de cette transition aux acteurs publics et privés, nationaux et internationaux ; renforcer les connaissances pour diminuer les émissions de carbone ; et enfin, créer des partenariats au-delà des frontières pour s'attaquer aux changements climatiques.

(Mise en perspective : Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...