Syrie: mission difficile des observateurs de l'ONU

Écouter /

En Syrie, les comités locaux de coordination indiquent que 55 personnes ont été tuées depuis le début du déploiement lundi 16 avril, de l'équipe avancée d'observateurs des Nations Unies. Le colonel Ahmed Himmiche, le chef de cette équipe, juge cette mission « difficile » en soulignant qu'elle nécessite une coordination à la fois avec le gouvernement de Damas et les opposants.

Kieran Dwyer, porte-parole au Département de l'ONU chargé des opérations de maintien de la paix, précise le rôle de ces observateurs. Selon lui, les observateurs militaires non armés feront leur travail tout d'abord grâce à leur présence physique dans les différentes parties de la Syrie. Les premiers six membres commencent à Damas. Très vite, ils vont visiter d’autres villes. Ils ont besoin de la pleine coopération des forces de l’opposition et du gouvernement afin qu’ils puissent se déplacer et avoir accès à des endroits différents.

Si les observateurs voient la préparation de violence armée, s’ils voient de la violence armée elle-même, ils enregistreront cela et le soumettront à Kofi Annan, l’Envoyé spécial conjoint de la Ligue des États arabes et de l’Organisation des Nations Unies. Ensuite le Conseil de sécurité recevra le rapport du Secrétaire général de l'ONU sur ce qui se passe sur le terrain grâce à ses observateurs.

(Extrait sonore : Kieran Dwyer, porte-parole au Département de l'ONU chargé des opérations de maintien de la paix ; propos recueillis par Julie Walker)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...