Syrie : le Conseil de sécurité autorise l'envoi d'une équipe avancée d'observateurs

Écouter /

La salle du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité samedi matin, à New York, une résolution autorisant le déploiement en Syrie d'une mission d'une trentaine d'observateurs militaires. La mission, en liaison avec les parties, rendra compte des progrès accomplis vers une cessation de la violence et notamment du respect du cessez-le-feu entré en vigueur jeudi matin. Cette mission préparatoire, précise la résolution 2042, pourrait ouvrir la voie au déploiement d'une mission des Nations Unies plus importante.

Dans l'immédiat, les quinze demandent que toutes les parties syriennes, y compris l'opposition, mettent immédiatement fin à la violence armée. Il est spécifiquement demandé au gouvernement d'honorer ses engagements en cessant l'utilisation d'armes lourdes dans les d'agglomérations et de commencer à retirer ses troupes. Le régime gouvernement Al-Assad doit aussi donner un libre accès humanitaire aux populations qui ont besoin d'assistance.

Les membres du Conseil ont ensuite tour à tour pris la parole. Lors de son intervention, l'Ambassadeur de la France, Gérard Araud, a indiqué que son pays espère que la résolution 2042 marquera un tournant vers une sortie de crise en Syrie. L'objectif est de mettre fin à l'impunité, aux violations massives des droits de l'homme et de parvenir rapidement au déploiement d'une mission solide et fiable des Nations Unies chargée de vérifier la mise en œuvre de six points du plan Annan.

A l'issue des explications de votes, les quinze ont entendu le Représentant permanent de la Syrie, Bashar Ja'afari, qui a une nouvelle fois fustigé les activités de bandes armées terroristes à la solde d'intérêts extérieurs. Il a souligné que la résolution n'est pas équilibrée, mais que son gouvernement s'engage à la mettre en œuvre.

Une fois la réunion du Conseil terminée, devant les journalistes, plusieurs membres du Conseil, dont la Présidente, la diplomate américaine Susan Rice, se sont aussi félicités de l'adoption de cette résolution tout en regrettant qu'il ait fallu plus d'un an de violence et de représsion brutale pour obtenir un accord du Conseil. Le Représentant permanent du Maroc, Mohamed Loulichki, s'est vouu résolument prudent, mais optimiste quant aux chances de succès de la Mission d'observation.

Toujours devant la presse, le Représentant permanent de la Russie, Vitali Tchourkine a insisté sur le fait que la plupart des demandes formulées par le Conseil en vue de faire cesser la violences sont adressées à toutes les parties syriennes et pas au seul gouvernement.

A noter enfin parmi les premières réactions, celles du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon et Kofi Annan, l'Envoyé special conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie. Lors de leur rencontre samedi soir à Genève, tous deux se sont félicités de l'adoption de la résolution 2042.

(Dossier préparé par Jérôme Longué avec des extraits des interventions de Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies et du Représentant permanent du Maroc, Mohamed Loulichki)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...