Soudan/Soudan du Sud : l'ONU en appelle aux deux gouvernements pour cesser l'escalade

Écouter /

Hilde Johnson, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies au Soudan du Sud-UN Photo/Isaac Billy

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a fait part mardi de sa préoccupation concernant la poursuite des bombardements aériens dans des zones habitées par des civils dans les Etats de l’Unity et de Warrap, au Soudan du Sud.

« La perte de vies humaines causée par des bombardements aveugles à Bentiu et Mayom sont inacceptables. Il relève de la responsabilité des parties prenantes aux hostilités de respecter l’intégrité physique des civils et leur droit à vivre sans craindre d’être déplacés », a dit la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies au Soudan du Sud, Hilde Johnson, dans une déclaration à la presse.

La MINUSS a rappelé qu’elle était mandatée à protéger les civils qui sont sous menace d’une violence physique imminente.

Au cours des derniers jours, la MINUSS a confirmé plusieurs bombardements, dont cinq bombes qui ont été lâchées sur le village de Mayom lundi soir et qui ont touché une base de soutien de la mission de l’ONU. Ces bombardements ont fait 8 morts et 22 blessés, tous des civils.

« J’appelle les deux parties à respecter les droits de l’homme et le droit humanitaire international, à protéger les civils et à garantir la sécurité des organisations d’aide humanitaire internationales ainsi que le personnel et les biens de l’ONU », a déclaré Mme Johnson.

De son côté, Navi Pillay a elle aussi déploré les bombardements effectués à Bentiu et Mayom qui ont fait 8 morts et 22 blessés parmi la population. La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a rappelé a pointé du doigt les deux pays et à rappelér aux deux gouvernements leurs obligations. Navi Pillay partage les exigences formulées par Ban Ki-moon en soulignant les risques de déplacement massif de population et leurs tragiques conséquences.

Lundi, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon avait réitéré son inquiétude concernant les hostilités entre le Soudan et le Soudan du Sud et leur impact sur la population civile. Il a appelé les deux parties prenantes à mettre fin aux combats immédiatement et à respecter le droit humanitaire international et la protection des civils.

Ban Ki-moon a « appelé le gouvernement du Soudan à cesser immédiatement les bombardements aériens du territoire du Soudan du Sud et le gouvernement du Soudan du Sud à se retirer immédiatement [du village] de Heglig et d’employer des moyens légaux et diplomatiques pour régler leurs différends quant au statut de Heglig », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

Le Secrétaire général est également préoccupé par les informations reçues ce weekend et qui font état de la mobilisation de milices dans la zone d’Abyei, ce qui est une violation de l’accord du 20 juin dans lequel les parties prenantes s’étaient engagées à retirer immédiatement tous les éléments armés de la zone.

« Le Secrétaire général appelle le gouvernement du Soudan à assurer le retrait complet et immédiat de tous ces éléments de la zone », a souligné le porte-parole.

Ban Ki-moon a exhorté le Président Bachir (Soudan) et le Président Kiir (Soudan du Sud) à respecter leur engagement à maintenir la paix et la stabilité au Soudan et au Soudan du Sud et à résoudre tous les différends grâce à un dialogue pacifique et à convoquer un sommet présidentiel au plus vite.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...