Soudan : Navi Pillay dénonce les propos incendiaires d’un gouverneur

Écouter /

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a fait savoir le 5 avril que les propos du gouverneur de l’Etat du Kordofan méridional, au Soudan, Ahmed Haroun, pourraient constituer un crime grave et mener à l’escalade de la violence et donc exacerber la situation déjà dangereuse dans cet Etat.

Ahmed Haroun, qui a déjà été inculpé pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), a été filmé pendant qu’il donnait des instructions à des soldats soudanais. Il leur demandait de lui « remettre la zone propre, balayée, essuyée et écrasée. Ne les ramenez pas en vie, ils seront un poids administratif ». Le gouvernement du Soudan a depuis prétendu que Haroun cherchait simplement à motiver les soldats.

« Nous sommes préoccupés depuis longtemps déjà des possibles violations des droits de l’homme et du droit humanitaire dans les Etats du Kordofan méridional et du Nil bleu. De tels propos sont extrêmement inquiétants dans ce contexte et ils pourraient constituer une incitation », a déclaré Navi Pillay dans un communiqué de presse.

« Des témoins qui se sont rendus dans la région des montagnes de Nuba, qui est principalement peuplée par les Nubas, ont rapporté des témoignages de villages brûlés et de meurtres de civils dans ce qui s’apparente à une politique de terre brûlée », a-t-elle ajouté. Elle a précisé que l’ONU n’a pas pu vérifier ces informations puisque le gouvernement soudanais interdit l’accès à cette région.

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a rappelé l’importance de mener une enquête indépendante, objective et approfondie sur ces accusations. Elle a également exhorté le gouvernement du Soudan à accorder l’accès de la région aux agences humanitaires.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...