Sierra Leone : Charles Taylor reconnu « coupable » de crimes contre l'humanité

Écouter /

Charles Taylor (à gauche), durant la lecture du jugement du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (Photo: AP Pool/Peter Dejong)

L’ancien président du Libéria Charles Taylor, a été reconnu coupable jeudi de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre en Sierra Leone entre 1996 et 2002.  Lors d’une audience de plus de deux heures à Leidschendam, près de La Haye, devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), l’ancien président du Liberia était jugé pour des faits remontant à la guerre de Sierra Leone entre 1991-2001.  La peine infligée à Charles Taylor, coupable notamment de meurtres, de viols et de traitements inhumains, sera prononcée le 30 mai. A 64 ans, l'ancien homme fort de Monrovia devient ainsi le premier ex-chef d’Etat condamné par la justice internationale depuis Nuremberg.

Charles Taylor a été reconnu coupable d’avoir créé et mis en œuvre une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone, dans le but d’exploiter ses diamants, lors d’une guerre civile ayant fait 120.000 morts entre 1991 et 2001. Les troupes de Charles Taylor avaient combattu aux côtés des rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF), que l’ex-président dirigeait en sous-main en leur fournissant armes et munitions en échange de diamants.

« La chambre a estimé que le rôle de l’accusé avait été crucial pour approvisionner en armes le RUF et qu’il a été payé en retour en diamants », a déclaré le juge Richard Lussick. « Des gens ont été décapités et leurs têtes exposées à des points de contrôle. Des femmes et des filles ont été violées en public », a rappelé le magistrat samoan.

Assis derrière son équipe de défense, l’ancien président, vêtu d’un élégant costume bleu foncé, d’une chemise blanche et d’une cravate rouge, a pris de nombreuses notes sur un carnet durant la lecture du jugement qui a duré plus de deux heures. Il avait plaidé non coupable.

Le procès de Charles Taylor s’était ouvert le 4 juin 2007 et achevé le 11 mars 2011. Le délibéré a duré près d’un an, les juges ayant dû lire plus de 50.000 pages de témoignages et examiner 1.520 éléments de preuve.

Le jugement du TSSL est le premier jugement contre un ancien chef d’Etat rendu par la justice pénale internationale depuis celui prononcé en 1946 par le tribunal militaire international de Nuremberg contre Karl Dönitz, commandant en chef de la marine allemande. Celui-ci, qui avait succédé à Adolf Hitler à la fin de la Seconde guerre mondiale, avait été condamné à dix ans de prison pour crimes de guerre.

Le TSSL a déjà condamné à Freetown huit accusés pour des crimes commis en Sierra Leone à des peines allant de 15 à 52 ans de prison.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore du juge Richard Lussick, du Tribunal spécial pour la Sierra Leone)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...