Rwanda : tirer les leçons du génocide pour construire un meilleur avenir

Écouter /

Odile Gakire Katese

A l'occasion du 18ème anniversaire du génocide rwandais, les Nations Unies organisent ce mercredi, une cérémonie commémorative sur le thème « tirer les leçons de l'histoire pour construire un meilleur avenir ».

Au centre des cérémonies, cette année figure « Le livre de la vie » de la dramaturge rwandaise Odile Gakire Katese. Cette œuvre est un recueil épistolaire « des vivants aux morts »  pour lequel   Odile Gakire Katese a invité des survivants, des veuves et des orphelins du génocide ainsi que des génocidaires à témoigner. Selon le cas, ils ont donc écrit à ceux qu'ils ont perdus ou à ceux qu’ils ont tués. Lors de la commémoration officielle, au Siège de l’ONU, ce 11 Avril, des bougies seront allumées en mémoire des victimes. Puis, des acteurs ainsi que des hauts fonctionnaires des Nations Unies liront des lettres. Comme la plupart des projets de l'artiste rwandaise , «Le Livre de la vie” a pour objectif de créer un espace plus serein et paisible à partir duquel les Rwandais peuvent se se souvenir, s’exprimer et revenir sur le génocide, tout en allant de l'avant.

Il vise à «équilibrer les témoignages”, en mettant un visage plus humain sur la longue liste de noms qui est traditionnellement lue chaque année lors des cérémonies commémoratives du génocide. Il s’efforce de mettre en exergue la vie des victimes, plutôt que leur mort. Car, pour Odile Gakire Katese, en rappelant sans cesse leur mort « on les tue à nouveau ».

Née et élevée en exil en RDC voisine, Odile Gakire Katese n’était pas présente au Rwanda pendant le génocide. Elle est revenue en 1997 et a trouvé un pays qu'elle ne connaissait pas, un pays qu’elle avait besoin de s'approprirer « dans toute sa douleur».  C’est durant ce processus de deuil et dans sa quête identitaire qu’elle a décidé « d'apporter sa contribution d’artiste », «capable de créer quelque chose.”

En ce 18ème anniversaire du génocide rwandais, Odile Gakire Katese invite les gens, de par le  monde, à se joindre aux efforts du projet pour établir une mémoire apaisée et positive, « pour ramener l’espoir et la joie dans notre société ».

(Interview : Odile Gakire Katese, dramaturge et artiste rwandaise ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...