Prabhu Edouard : tablâ et jazz font bon ménage

Écouter /

Prabhu Edouard (Photo : prabhuedouard.com)

Le tablâ est un instrument de musique à percussion indien qui a su trouver sa place dans le cadre des festivités à l'occasion de la Journée internationale du jazz, célébrée le 30 avril à l'initiative de l'UNESCO.

Pour Prabhu Edouard, percussionniste franco-indien, le jazz est une musique universelle, qui fait la part belle à tous les instruments du monde, des accords plaqués sur un piano de la Nouvelle-Orléans, aux mélodies émanant d'un koto japonais. Le vendredi 27 avril, au Siège de l'UNESCO à Paris, le percussionniste se produisait ainsi en trio, avec le guitariste franco-vietnamien Nguyên Lê et la joueuse de koto Mieko Miyazaki.

« Je pense que le jazz est au-delà d'une musique, au-delà d'un idiome purement musical, c'est une philosophie pour moi. C'est aussi une manière de dire que l'identité n'est pas rivée aux frontières géographiques. Elle dépend de ce que vous voulez être, » explique Prabhu Edouard.

Célébrée pour la première fois cette année, la Journée internationale du jazz est destinée à sensibiliser la communauté internationale aux vertus de cette musique comme outil éducatif, et comme force de paix, d'unité, de dialogue et de coopération renforcée entre les peuples. De nombreux gouvernements, organisations de la société civile, institutions éducatives et citoyens, actuellement engagés dans la promotion de la musique jazz, saisiront cette occasion pour favoriser une plus grande appréciation non seulement de cette musique mais aussi de sa contribution à l’édification de sociétés plus inclusives.

(Interview : Prabhu Edouard, percussionniste et compositeur ; propos recueillis par Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...