ONU/Tchad : l'impunité, un problème urgent à résoudre

Écouter /

Kyung-Wha Kang, Haute Commissaire ajointe des Nations Unies aux Droits de l’Homme qualifie de ”problème urgent” à résoudre “l’impunité” judiciaire au Tchad, notamment après l’attaque des rebelles de 2008 et la répression qui en suivi.

Malgré les mesures prises par le gouvernement, le pouvoir judiciaire n’a pas suivi le rythme de l’évolution des obligations du Tchad pour ce qui est du respect des droits de l’homme, et l’impunité reste un problème urgent. Car la majorité de ceux qui ont perpétré des graves violations des droits de l’homme n’ont pas été traduits en justice.

En février 2008, une attaque rebelle avait été repoussée in extremis aux portes du palais présidentiel d’Idriss Deby à N’Djamena, notamment grâce à un soutien logistique français. Les forces de l’ordre avaient par la suite arrêté de nombreux opposants, dont Ibni Oumar Saleh, disparu depuis et donné pour mort.

Concernant l’affaire Hissène Habré, Kyung-Wha Kang estime que “le Sénégal a l’obligation de juger l’ancien dictateur tchadien ou de l’extrader pour être jugé en Belgique. Sinon, il n’y a pas d’autres options.

Renversé par Deby, l’ex-dictateur Hissène Habré vit en exil à Dakar depuis sa chute en 1990 après huit ans au pouvoir. Selon une commission d’enquête tchadienne, son régime a fait plus de 40.000 morts parmi les opposants politiques et parmi certains groupes ethniques.

(Mise en perspective de Maha Fayek)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...