Mali : une déclaration présidentielle voulue par la France

Écouter /

Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies

Le Conseil de sécurité a adopté ce mercredi une déclaration présidentielle sur le Mali. Après les déclarations du 22 et du 26 mars, le texte adopté à l'initiative de la France, condamne une nouvelle fois le coup d'État et renouvelle l'appel en faveur d'un rétablissement de l'ordre constitutionnel.

Le Conseil soutient l'action menée par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui a émis des communiqués les 27 et 29 mars 2012, et salue les efforts déployés par le Président Blaise Compaoré, en sa qualité de médiateur nommé par la CEDEAO, pour favoriser le retour complet de l'autorité civile et le rétablissement effectif de l'ordre constitutionnel au Mali. Un rôle central de la CEDEAO, souligné déjà mardi devant la presse, par Gérard Araud, le Représentant permanent de la France, à l'issue de consultations du Conseil surle texte.

Par la déclaration adoptée mercredi, le Conseil se félicite des efforts déployés par le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest et l'Union africaine à cet égard et prend acte du fait que les mutins ont annoncé le rétablissement de l'ordre constitutionnel à compter du 1er avril 2012. Il compte que ces derniers prendront immédiatement des mesures pour donner effet à cet engagement et suivra de près l'évolution de la situation.

Le Conseil condamne fermement les attaques et les pillages que continuent de mener des groupes rebelles dans le nord du Mali, ainsi que la prise de territoire, et exige l'arrêt immédiat des hostilités. Il est alarmé par la présence dans la région du groupe terroriste Al-Qaida au Maghreb islamique, qui pourrait entraîner une déstabilisation encore plus forte de la situation qui règne en matière de sécurité. Il demande aux rebelles de cesser immédiatement toute violence et exige de toutes les parties au Mali qu'elles s'emploient à trouver une solution pacifique grâce au dialogue politique. Il souligne l'importance que revêtent la sécurité des civils et le respect des droits de l'homme.

 Les quinze réaffirment que la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale du Mali doivent être sauvegardées et respectées. Ils redisent la vive préoccupation que leur inspirent l'insécurité et l'aggravation rapide de la situation humanitaire dans la région du Sahel.

Le Conseil rend hommage aux organisations humanitaires pour leur intervention et demande à toutes les parties au Mali de permettre l'acheminement de l'aide humanitaire destinée aux civils qui en ont besoin, sans entrave ni retard.

Le Conseil exprime enfin sa préoccupation face au risque que représentent les combats pour les sites maliens classés éléments du patrimoine mondial.

(Extrait sonore : Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...