Mali : l'Unesco appelle à agir pour éviter la perte des manuscrits de Tombouctou

Écouter /

Place du marché de Tombouctou. Surnommée la perle du désert, la ville du nord du Mali est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco (Photo: UNESCO/Vorontzoff, Alexis N.)

La Directrice générale de l'UNESCO, s'est alarmée, hier dimanche, du sort du « patrimoine culturel inestimable de Tombouctou », suite aux informations indiquant que les rebelles auraient saccagé et pillé des lieux abritant des milliers de livres et de documents anciens. Irina Bokova a appelé toutes les autorités compétentes à être vigilantes quant à toute tentative de trafic de ces trésors.

« Les informations selon lesquelles les rebelles auraient pris le contrôle de l'Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba (IHERI-AB) de Tombouctou ainsi que d'autres institutions culturelles sont très inquiétantes », a déclaré la Directrice générale. « Ces centres abritent des documents anciens, écrits ou recopiés localement, acquis sur des marchés d'Afrique du Nord, d'Al-Andalus ou du Machrek, ou envoyés par des pèlerins depuis des pays musulmans éloignés. Beaucoup d'entre eux datent de l'âge d'or de Tombouctou, qui se situe entre le 12e et le 15e siècle ».

Ces documents traitent de sujets variés allant des d'études religieuses aux mathématiques, en passant par la médecine, l'astronomie, la musique, la littérature, la poésie, l'architecture ou encore les pratiques ésotériques et portent le témoignage de la richesse historique de la ville, à la fois carrefour culturel et centre d'apprentissage. « Ce patrimoine doit être protégé. Les citadins, dont je salue l’engagement, l’ont compris, eux qui se sont rassemblés pour organiser leur sauvetage. Mais ils ont besoin de notre aide. J'appelle solennellement toutes les parties concernées à la vigilance et à travailler en concertation afin d'éviter que ces trésors qui sont si important pour l'humanité toute entière ne se perdent pas ».

La Directrice générale a contacté les autorités nationales des pays partageant une frontière avec le Mali pour leur rappeler leurs obligations au titre des dispositions de la Convention de l'UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels. Le Mali et les pays voisins sont liés par cette Convention, seul instrument normatif international portant exclusivement sur la lutte contre le trafic illicite de biens culturels.

La Directrice générale a exhorté les autorités nationales des pays concernés  à respecter l'article 9 de la Convention qui invite les Etats parties « à participer à toute opération internationale concertée dans ces circonstances, en vue de déterminer et d’appliquer les mesures concrètes nécessaires, y compris le contrôle de l’exportation, de l’importation et du commerce international des biens culturels ». Elle a également appelé les partenaires institutionnels de l'UNESCO dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, notamment Interpol, les professionnels du marché de l'art et les collectionneurs, à faire preuve de vigilance.

La déclaration de la Directrice générale fait suite à son appel du 5 avril 2012 pour la préservation du Tombouctou, qui est un site du Patrimoine mondial.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

Classé sous Culture et éducation, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...