Mali : Gilles Yabi revient sur les conséquences d'une activation de la Force d'attente de la CEDEAO

Écouter /

drapeau du Mali

La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est au centre des efforts en vue d'un règlement de la crise malienne. La CEDEAO a décidé, lors du mini-sommet qu'elle a tenu lundi à Dakar, sur la situation sécuritaire au Mali, “d'appliquer immédiatement un embargo diplomatique et économique” contre les membres de la junte jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays.

Outre, les sanctions décidées, lundi dans la capitale sénégalaise, la CEDEAO a annoncé l'activation “immédiate de sa Force d'attente. Gilles Yabi analyste politique et Directeur du Bureau Afrique de l'Ouest à International Crisis Group explique ce qu'une telle activation suppose. Il envisage le mandat que cette force pour rétablir l'intégrité territoriale du Mali qui aujourd'hui est coupé en deux.

Gille Yabi revient aussi sur la création, à l'initiative de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), puis de l'Union africaine (UA), de forces régionales susceptibles d'intervenir rapidement. Il évoque le rôle joué en son temps par l'ECOMOG, une autre force mise en place par la CEDEAO, qui avait eu à intervenir notamment en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée-Bissau.

(Extrait sonore : Gilles Yabi analyste politique et Directeur du Bureau Afrique de l'Ouest à International Crisis Group joint à Dakar par ONUCI-FM)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...