Lutte contre le paludisme : le combat de la Princesse Astrid contre ce fléau

Écouter /

Princesse Astrid du Royaume de Belgique et Représentante spéciale du partenariat ''pour un monde sans paludisme''-UN Photo

A l'occasion de la Journée mondiale contre le paludisme, le 25 avril, la Représentante spéciale du Partenariat « Faire reculer le paludisme », la Princesse Astrid du Royaume de Belgique, a présenté au siège de l’ONU à New York ses cinq priorités : contrôle de la maladie, responsabilité globale, coordination des efforts, combinaison des approches et un partenariat fort.

La Princesse Astrid a affirmé que le contrôle du paludisme constituait une des clés pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). « Il s’agit d’une responsabilité globale qui requiert les efforts coordonnés et l’attention des décideurs aux niveaux international, national et régional », a-t-elle déclaré. À cela doit s’ajouter, selon elle, un partenariat fort entre les organisations internationales, les gouvernements, les autorités locales, les chercheurs, les personnels de santé ainsi que les donateurs et le secteur privé.

« Mon message, chaque fois que je rencontre les malades, est de dire que l’on peut prévenir et traiter le paludisme. Mais je sais que la prévention et le traitement demandent énormément d’efforts et de financements », a-t-elle ajouté. La Princesse Astrid a mis l’accent sur les besoins actuels de financement dans la lutte contre le paludisme, évalués à 3,2 milliards de dollars jusqu’en 2015 pour continuer la lutte en Afrique où sont déclarés 90% de cas. Elle a également fait état de la résistance croissante aux médicaments antipaludéens constatée en Asie du Sud-est. Pour dépasser ces défis, elle a demandé l’intensification des efforts et la mise en commun des moyens.

(Extrait sonore : Princesse Astrid du Royaume de Belgique ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...