« Le bonheur et le bien-être : définir un nouveau paradigme économique »

Écouter /

Lyonchoen Jigmi Yoezer Thinley, Premier Ministre du Bhoutan (UN Photo/JC McIlwaine)

A l'initiative du Royaume du Bhoutan, les Nations Unies ont accueilli ce lundi 2 avril, à New York, la toute première Réunion de haut niveau sur le thème « Le bonheur et le bien-être: définir un nouveau paradigme économique ».

Les travaux de la réunion lancés en présence notamment de Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, de la Présidente du Costa Rica, Laura Chinchilla Miranda et du Premier Ministre du Bhoutan, Jigmi Thinley, s'appuient sur une résolution de l'Assemblée générale intitulée « Le bonheur: vers une approche globale du développement ». Dans ce texte, l'Assemblée considère que, de par sa nature même, le produit intérieur brut (PIB) est un indicateur qui ne donne pas une image exacte du bien-être de la population d'un pays. Elle invite donc les États Membres à tenir mieux compte de l'importance du bien-être pour le développement afin d'orienter leurs politiques nationales.

En la matière, le Bhoutan est un précurseur. Il a remplacé, il y a déjà 40 ans, le PIB par le « Bonheur national brut » (BNB), somme des quatre indicateurs que sont la croissance et le développement économiques; la conservation et la promotion de la culture; la sauvegarde de l'environnement et l'utilisation durable des ressources; et la bonne gouvernance responsable.

À la veille de la Conférence internationale sur le développement durable dont les trois piliers sont la croissance économique, la protection de l'environnement et le développement humain, le Premier Ministre du Bhoutan a vu dans la Réunion de haut niveau une occasion de faire une contribution déterminante.

La Réunion de haut niveau réunit 600 représentants des États Membres, des organisations internationales, de la société civile, des milieux universitaire, économique et des médias, et plusieurs lauréats du prix Nobel.

Lors de la conférence de présentation de la réunion, donnée en fin de semaine dernière, le Premier Ministre du Bhoutan, a estimé que les participants devraient rivaliser de suggestions, d'idées et de recommandations que les gouvernements pourraient volontairement appliquer pour avancer vers un nouveau paradigme économique. Les spécialistes devraient parler des nouveaux indicateurs en matière de développement, y compris pour accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le Premier Ministre a donné quelques exemples comme celui de la Thaïlande qui travaille au concept « d'économie suffisante » et celui de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui s'efforce de définir de nouveaux indicateurs qui tiennent mieux compte de « la qualité de vie ».

Jigmi Y. Thinley a expliqué que pour un pays comme le sien qui a adopté le BNB comme indicateur, l'idée est de trouver l'équilibre entre les besoins du corps et ceux de l'esprit et de renoncer à la fausse croyance selon laquelle « plus on consomme, plus on est heureux ».

Quant aux moyens pratiques de promouvoir l'accès au bonheur et au bien-être, le Premier Ministre a estimé que la première étape est de mettre en œuvre la bonne gouvernance dans un environnement démocratique.

Avec la multiplication des catastrophes naturelles et des épidémies liées aux changements climatiques ou à la frénésie de consommer, nous sommes arrivés, a dit le Premier Ministre, à une étape où chaque être humain doit faire de son mieux pour éviter la destruction de la planète.

(Extrait sonore : Jigmi Thinley, Premier Ministre du Bhoutan)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...