ISDR : aider les villes à faire face aux catastrophes

Écouter /

Un des plus grands centres commerciaux des Philippines

A Genève, la Stratégie internationale des Nations Unies pour la réduction des risques des catastrophes (ISDR) a lancé mercredi 18 avril, une nouvelle initiative pour aider les villes à travers le monde à gérer les risques.

Cette initiative arrive après la pire année 2011, année record en pertes économiques et en vies humaines suite aux catastrophes. L'ISDR précise que plus de 1000 villes ont adhéré à sa campagne d'information et de sensibilisation sur la résilience des établissements humains face aux catastrophes.

Depuis que l’être humain regroupe son habitat et ses activités, le risque l’accompagne. Progressivement la nature des risques urbains et leurs conséquences se sont diversifiées, tout comme les réactions des hommes. L'exposition des villes aux risques est maximale. De nos jours le risque urbain est complexe, à la fois naturel, technologique, sanitaire, biologique ou encore terroriste. Tout espace urbain peut s’interpréter comme un système dynamique, formé par une multitude d’écosystèmes avec leurs flux d’énergie, de matière, d’information, et habité par des sociétés qui interprètent, transforment, s’approprient ces multiples systèmes

Les espaces urbains, caractérisés par une accumulation d’hommes et d’activités, sont fragilisés par rapport à des risques d’autant plus variés et aux conséquences d'autant plus dramatiques que la population est plus dense. Plus il y a de personnes susceptibles d’être touchées, plus une catastrophe fera de dommages et de victimes.

(Extrait sonore : Vanessa Buchot, responsable de projet à l'ISDR ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...