Désarmement nucléaire : l'ONU réclame une nouvelle dynamique

Écouter /

Le Conseil de sécurité (UN Photo/JC McIlwaine)

Lors d’une réunion jeudi au Conseil de sécurité sur la non-prolifération nucléaire, le désarmement et la sécurité, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon s’est félicité que les deux plus grandes puissances nucléaires de la planète, la Russie et les Etats-Unis, aient décidé de poursuivre la réduction de leurs arsenaux nucléaires dans le cadre du Traité START (Traité de réduction des armes stratégique).

« Pour la première fois, l’OTAN a fixé comme objectif un monde dépourvu d’armes nucléaires. Le prochain sommet de l’OTAN à Chicago sera l’occasion de développer une approche commune », a déclaré M. Ban.

Cependant, des dizaines de milliers d’armes nucléaires continuent de représenter une menace pour l’humanité. Des milliards de dollars sont dépensés pour les moderniser, malgré des besoins sociaux pressants et des attentes mondiales croissantes pour des progrès dans le désarmement.

« Seize ans après son adoption par l’Assemblée générale, le Traité pour l’interdiction des essais nucléaires n’a toujours pas été mis en œuvre. Je salue vivement la ratification de l’Indonésie et j’appelle les autres pays de l’annexe 2 de suivre cet exemple. En attendant, la Conférence sur le désarmement reste bloquée. Je répète : le blocage actuel est inacceptable », a déclaré M. Ban.

L’annexe 2 comprend les pays dont la ratification du traité est nécessaire pour le faire entrer en vigueur mais qui ne l’ont pas encore fait. Il s’agit de la Chine, de la République populaire démocratique de Corée, de l’Egypte, de l’Inde, de l’Iran, d’Israël, du Pakistan et des Etats-Unis.

Le Secrétaire général a salué l’objet de la réunion et il a exprimé le vœu que le Conseil de sécurité continue de mettre l’accent sur le fait que la prolifération des armes de destruction massive, et leurs moyens de propulsion, continuent de représenter une menace à la paix et sécurité.

« La communauté internationale se tourne vers le Conseil de sécurité pour qu’il continue d’assumer son rôle de leader pour générer la dynamique politique nécessaire pour assurer la paix et la sécurité dans un monde dépourvu d’armes nucléaires », a rappelé Ban Ki-moon.

Les quinze membres du Conseil de sécurité ont ensuite pris la parole. Parmi eux, Martin Briens, Représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies qui a jugé utile que, trois ans après le sommet fondateur du Conseil sur le désarmement et la non-prolifération nucléaires de septembre 2009, et l'adoption à l'unanimité de la résolution 1887, le Conseil débatte à nouveau de la prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, qui continue de représenter l'une des principales menaces pour la paix et la sécurité internationales.

Martin Briens a passé en revue les succès et initiatives qui témoignent de la nouvelle dynamique dont la communauté internationale a fait preuve, notamment la Conférence d'examen du TNP en mai 2010, ainsi que les progrès réalisés concernant le protocole au traité de Bangkok créant une zone exempte d'armes nucléaires en Asie du sud-est. Il s'est réjoui que les deux pays qui rassemblent près de 95% des arsenaux nucléaires mondiaux, les Etats-Unis et la Fédération de Russie, aient décidé de mesures importantes, avec la conclusion et l'entrée en vigueur du traité New START.

Pour autant, selon le diplomate français, tous ces efforts n'auront pas de sens si la communauté internationale ne répond pas aux défis actuels auxquels est confronté le régime de non-prolifération, et, en particulier, si le Conseil ne fait pas face avec fermeté aux graves crises de prolifération dont il est saisi. Aussi, la lutte contre la prolifération constitue la première des priorités. Il faut ensuite poursuivre les efforts de désarmement, dans tous les domaines. Enfin, il importe d'assurer un développement responsable et durable de l'énergie nucléaire civile.

(Extrait sonore : Martin Briens, Représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...