Darfour : le Conseil de sécurité condamne l'attaque sanglante du 20 avril

Écouter /

Susan Rice, Présidente du Conseil de sécurité durant le mois d'avril, Représentante permanente des États-Unis auprès des Nations Unies Unies

Le Conseil de sécurité, réuni mardi soir à huis clos à New York, a condamné dans les termes les plus fermes l'attaque contre une patrouille de la MINUAD, la Mission hybride des Nations Unies et de l'Union africaine, attaque qui a eu lieu dans l'Ouest du Darfour le 20 avril et qui s'est soldée par un mort et trois blessés.

Dans une déclaration à la presse lue par la présidente du Conseil, la Représentante permanente des Etats-Unis, Susan Rice, les quinze ont demandé que les coupables soient traduits en justice. Les Membres ont exprimé leurs condoléances à la famille et au gouvernement du Casque bleu togolais décédé. Ils ont aussi réitéré leur plein appui à la MINUAD.

Par ailleurs, Susan Rice a rendu compte des consultations plénières privées concernant le Soudan et le Soudan du Sud et la MINUSS. Les quinze ont écouté les exposés d'Haile Menkerios, l'Envoyé spécial de l’ONU pour le Soudan et le Soudan du Sud, d'Hervé Ladsous, le chef du maintien de la paix de l'ONU et de Hilde Johnson, Représentante spéciale du Secrétaire général pour le Soudan du Sud. Trois exposés qui ont permis de constater que, même si le retrait d'Heglig effectué par les forces armées du Soudan du Sud, avait d'abord semblé encourageant, il n'a pu empêcher l'augmentation des bombardements par les forces armées soudanaises, qui ont causé la mort de seize civils et en ont blessés trente-quatre autres dans l'État de l'Unité et lors d'incursions au Soudan du Sud.

Selon Susan Rice, les quinze se félicitent du retrait des forces du SPLA, de Heglig. Ils demandent l'arrêt immédiat des bombardements aériens par les forces armées soudanaises. Les quinze appellent aussi à un cessez-le-feu immédiat et à un retour à la table des négociations. Plusieurs membres ont exprimé leur inquiétude face aux dommages importants qu'ont subis les infrastructures pétrolières de Heglig et ont reconnu l'apport du communique publié ce mardi pas l'Union africaine à cet égard, communiqué dont le Conseil onusien tiendra compte lors de son examen de la question.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...