CNUCED : réformer structurellement la gouvernance mondiale

Écouter /

Ziad Abdel Samad, Directeur de la plateforme des ONG arabes pour le développement

A Doha, au Qatar, les travaux de la treizième session de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED XIII) sont déjà arrivés à mi-parcours.

De nombreux événements et tables rondes émaille la semaine. Forte d'une forte participation des organisations non gouvernementales, la conférence a ainsi examiné des questions telles que la réduction des risques de récession mondiale grâce au retour à des politiques macroéconomiques et à l'adoption de réformes structurelles globales et positives.

Alors que les pays riche et pauvres débattent des meilleures stratégies à adopter pour endiguer la crise, certains comme Ziad Abdel Samad, Directeur de la plateforme des ONG arabes pour le développement insistent sur les réformes structurelles à engager pour moderniser la gouvernance mondiale.

L'importance du rôle de l'État, longtemps mis de côté par la libéralisation de l'économie et la privatisation des outils de production, a ainsi pu être soulignée à plusieurs reprises, de même que la nécessité de bien comprendre les raisons de la crise multisectorielle que traverse actuellement le monde. Il faut rétablir le rôle de l'État et le renforcer, ont préconisé de nombreux intervenants tout en appelant les banques et la structure financière internationale actuelle à servir l'économie réelle et à mettre fin à la spéculation.

À cet égard, les participants à une table ronde ont réitéré la nécessité de réformer la gouvernance et le fonctionnement du Fonds monétaire international (FMI) afin d'en améliorer les processus de prise de décisions, d'analyse et d'élaboration des politiques.

Pour surmonter le dysfonctionnement des marchés, certains ont préconisé un renforcement du rôle de l'État et du développement des marchés par le biais de la canalisation des ressources. Il a ainisi été proposé de mettre au point un nouveau régime de crédit et de liquidité à l'intention des petites entreprises afin de leur permettre de surmonter la crise.

Citant une évaluation du FMI qui prédit que la zone euro va connaître quatre années de récession, Supachai Panitchpakdi, Secrétaire général de la CNUCED, a rappelé que l'absence de réforme financière avait entrainé la crise asiatique qui a ensuite débouché sur des crises beaucoup plus importantes. Il s'est dit favorable à un recours plus efficace aux politiques budgétaires et monétaires disponibles, aux politiques qui favorisent la croissance, ainsi qu'à des politiques sur les revenus visant à assurer une redistribution des richesses.

(Extrait sonore : Ziad Abdel Samad, Directeur de la plateforme des ONG arabes pour le développement; propos recueillis par Madiha al-Sultan)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...