ONU : inclure la violence sexuelle liée aux conflits dans les accords de paix

Écouter /

Margot Wallström, lors du lancement du guide à l'intention des médiateurs de cessez-le-feu et d'accords de paix, le 9 mars 2012 (UN Photo/Evan Schneider)

L'ONU a récemment lancé un guide destiné à aider les médiateurs de l'ONU à intégrer, dans les accords de cessez-le-feu et de paix, la lutte contre la violence sexuelle liée aux conflits.

Publié par le Département des affaires politiques et le Bureau de la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, le guide cherche à combler une lacune analytique et pratique, ainsi qu'à constituer un outil de référence recueillant un ensemble de bonnes pratiques.

L'objectif principal du guide est de mettre fin à l'impunité qui existe vis-à-vis des violences sexuelles dans les sociétés post-conflit, où le viol a été utilisé comme arme de guerre pendant le conflit, à l'instar du Libéria, de la Sierra Leone et de la Bosnie-Herzégovine. Selon Margot Wallström, la Représentante spéciale du Secrétaire générale chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, dans ces trois cas le viol a été utilisé de façon systématique comme arme dans le cadre du conflit, sans qu'il ne soit pour autant mentionné dans les accords de paix, et aujourd'hui, les victimes qui en ont souffert ne sont pas reconnues en tant que telles et se sentent dépourvues d'un accès à la justice. De plus, la violence sexuelle persiste en toute impunité.

La Représentante spéciale signale, qu’à ce jour, seuls trois accords de paix mentionnent expressément la violence sexuelle : l'Accord de Lusaka pour la République démocratique du Congo, l'Accord des Monts Nuba au Soudan et l'accord de cessez-le-feu au Burundi. Pour elle, cet état de fait illustre combien les violences sexuelles sont parmi les aspects les plus négligés de la résolution des conflits.

Aussi, il importe que les femmes soient plus présentes autour de la table au moment de négocier des accords de cessez-le-feu et de paix.

Dans une interview à la Radio des Nations Unies, Margot Wallström, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, revient sur l'importance de ce guide.

(Interview : Margot Wallström, Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...