Navi Pillay : le Mali et la Guinée-Bissau devraient suivre l'exemple du Sénégal

Écouter /

Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a félicité mercredi le Sénégal pour le déroulement pacifique, libre, et transparent du second tour de l’élection présidentielle dans ce pays, et a appelé les autres pays de la sous-région à suivre cet exemple.

«A une époque d’incertitude et de violences liées aux élections dans d’autres parties de l’Afrique occidentale, il est réconfortant de voir que le peuple sénégalais, les membres de partis politiques, la société civile et autres parties prenantes ont confirmé la tradition pacifique du pays de transmission démocratique du pouvoir», a déclaré Navi Pillay.

Tout en regrettant la violence qui s’est produite durant la période qui a précédé le premier tour de l’élection en ce début d’année, la Haut commissaire a indiqué qu’elle a noté «l’acceptation rapide des derniers résultats électoraux» par le Président sortant.

« Mon bureau continuera de travailler avec le nouveau gouvernement en vue d’assurer la jouissance de tous les droits de l’homme par toutes les personnes au Sénégal», a-t-elle dit.

Navi Pillay a noté avec préoccupation, toutefois, le risque de voir des résultats très différents dans deux pays de l’Afrique de l’Ouest, notamment le Mali et la Guinée-Bissau.

Au Mali, en particulier, le coup d’Etat de la semaine dernière a soulevé des doutes quant à la tenue effective des élections prévues pour la fin avril et dans des conditions permettant un scrutin véritablement libre et juste.

«Les changements anticonstitutionnels de gouvernement, accompagnés de violence, peuvent avoir un impact dévastateur sur la situation des droits de l’homme», a déclaré Mme Pillay. « Le Mali a également une bonne pratique en matière d’élections démocratiques au cours des deux dernières décennies, et j’espère qu’il reviendra sur cette voie dès que possible.»

« En Guinée-Bissau, le premier tour de l’élection présidentielle du 18 mars était tendu mais heureusement, sans violence à la fin,», a déclaré Navi Pillay, en notant que les observateurs internationaux, y compris la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) et l’Union Africaine (UA) ont constaté que le premier tour avait été libre, et transparent. Cependant, cinq candidats de l’opposition ont menacé de ne pas participer au second tour, suite à des allégations de fraude électorale, ce qui a accru les tensions dans le pays.

« Il est essentiel que le second tour soit également libre, transparent et sans violences», a déclaré la Navi Pillay. «J’en appelle à tous ceux qui y participent, en particulier les candidats et leurs partisans, à s’abstenir de faire des déclarations provocatrices et inflammatoires. J’en appelle aussi aux forces de sécurité d’agir conformément à la loi dans ce processus.»

«Les populations devraient bénéficier de leur droit à la liberté d’expression et de réunion, mais ont aussi le droit de ne pas être soumis à l’incitation à la haine ou la violence, » a ajouté Navi Pillay.

(Mise en perspective : Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...