Mali : réunion extraordinaire de la CEDEAO ce mardi à Abidjan

Écouter /

Saïd Djinnit, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, est attendu au sommet de la CEDEAO à Abidjan. (UN Photo/Ryan Brown)

Le coup d'Etat militaire du 22 mars qui a renversé le président malien Amadou Toumani Touré suscite toujours l'inquiétude. Et ce putsch est au centre d'un sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ce mardi à Abidjan. Une réunion à laquelle sont attendus des Chefs d'Etats de la sous région, deux représentants de la junte, mais aussi le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit. Objectif, tenter d’esquisser une sortie de crise qui passe par un retour à l'ordre constitutionnel.

Saïd Djinnit s’est déjà rendue à Bamako vendredi dernier. Dans la capitale malienne, il a participé à une mission conjointe de l'ONU et de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette mission a rencontré une délégation de la junte militaire dirigée par le capitaine Adama Diarra et a discuté au téléphone avec le capitaine Amadou Sanogo qu’elle n’a pas pu rencontrer en personne pour des raisons de sécurité.

La mission a exhorté « les dirigeants de la junte à garantir la sécurité physique du Président Amadou Toumani Touré et celle des autres personnes détenues », a précisé le porte-parole du Bureau de l'ONU à Genève.

Selon Corinne Momal-Vanian, le Conseil de sécurité s’est aussi dit préoccupé « par l’insécurité et la rapide dégradation de la situation humanitaire dans la région du Sahel, que viennent compliquer la présence de groupes armés et de groupes terroristes, et leurs activités, ainsi que la prolifération d’armes en provenance de la région et d’ailleurs. » Le Conseil constate que cette situation est aggravée par la sécheresse, la pénurie d’aliments et le retour de milliers de réfugiés entraîné par la crise libyenne et d’autres crises qui frappent la région.

Le Conseil salue l’action entreprise conjointement par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires et d’autres organismes des Nations Unies pour fournir une aide humanitaire et appeler l’attention de la communauté internationale sur l’ampleur du problème dans la région du Sahel.

Sur le terrain à Bamako, le sort du président Amadou Toumani Touré demeure toujours inconnu, cinq jours après le coup d’Etat,. La junte a assuré qu’il « va très bien » et est « en sécurité », mais sans dire où il se trouve, ni s’il est en détention.

(Extrait sonore : Corinne Momal-Vanian, Directrice du Service de l'information de l'Office des Nations Unies à Genève)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...