Haïti : Près de 65 000 personnes dans les camps menacées par les inondations

Écouter /

Abris temporaires à Haïti (Photo : Logan Abassi– UN/MINUSTAH)

Le Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) est fortement préoccupé par le sous-financement des besoins critiques en vue de la réponse aux urgences. Cette inquiétude a été relayée au moment où les humanitaires sur place indiquent que près de 65 000 personnes dans les camps sont menacées par les inondations Depuis son lancement en décembre 2011, l'Appel de 2012, d'un montant de 231 millions de dollars, n'a été financé qu'à hauteur de 7%.

Avec les premières pluies qui se sont abattues sur Port-au-Prince la semaine dernière, près de 65 000 déplacés sont sous le risque d'inondation dans les camps. Les pluies récentes font également craindre une recrudescence des cas de choléra, particulièrement dans les zones rurales où les services de santé sont précaires.

Ces pluies ont déjà causé des dégâts considérables dans au moins cinq camps. Cette situation s'ajoute à la condition déjà difficile dans les camps menacés par le retrait des acteurs en l'absence de financement adéquat. D'après le Cluster Abris d'urgence et Coordination et Gestion des camps, des actions d'urgence ont été entreprises pour apporter une première réponse aux familles victimes à travers entre autres la distribution de tentes, de kits d'hygiène et de bâches.

En termes de prévention aux inondations et glissement de terrain, les humanitaires ont fourni 1130 bâches, 45 tentes et des matériaux de mitigation (brouettes, piques, pelles, sacs en polyéthylène) aux populations de 14 camps. Un travail nécessaire dans la prévention et la limitation des dégâts.

À l'heure actuelle, plusieurs actions rapides sont indispensables afin de répondre aux besoins des familles qui vivent dans des conditions précaires notamment : l'accroissement des travaux de curage et réhabilitation des canaux de drainage ; l'augmentation des efforts pour la prévention des inondations à travers la distribution de matériaux destinés aux travaux de mitigation ; la réponse à la détérioration des abris d'urgence.

Sur près d'un demi million de déplacés, près de 360.000 personnes pourraient être encore dans les camps à la fin de l'année 2012 en l'absence d'une accélération des solutions de retour et relogement. « Les personnes déplacées vivant encore dans les camps et dans les autres endroits à haut risque restent toujours exposées alors que les mesures adéquates de réduction des risques de désastres sont insuffisantes », indique Luca Dall’Oglio, chef de mission de l'OIM Haïti.

Depuis son lancement en décembre 2011, l'Appel global consolidé (CAP) de 2012, d'un montant de 231 millions de dollars, n'a été financé qu'à hauteur de 7%. Avec ce niveau de financement, la communauté humanitaire ne sera pas en mesure de fournir le soutien nécessaire au gouvernement haïtien pour la préparation à la saison des pluies et la saison cyclonique.

(Extrait sonore : Corinne Momal-Vanian, Directrice du Service de l'information de l'Office des Nations Unies à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...