Haïti : le Conseil de sécurité exhorte le pays à régler la crise institutionnelle

Écouter /

Martin Briens, Représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation en Haïti. Les quinze ont entendu un exposé du Représentant spécial du Secrétaire général, Mariano Fernandez. Le chef de la MINUSTAH, la Mission de stabilisation de l'ONU déployée dans le pays, a évoqué la visite de quatre jours effectuée par le Conseil de sécurité à la mi-février, sous la direction de Susan Rice, l'Ambassadrice des Etats-Unis.

Mariano Fernandez a aussi passé en revue les événements survenus depuis, notamment la démission du Premier Ministre haïtien, Garry Conille et la crise institutionnelle qui a abouti à un blocage de la vie politique, et qui par voie de conséquence, entraîne une série d'effets négatifs sur la sécurité et la reprise économique du pays. D'où l'appel lancé par Mariano Fernandez, relayé par d'autres délégations, y compris celle de la France représentée par Martin Briens, en faveur d'un règlement de la crise institutionnelle.

Le numéro 2 de la Mission permanente de la France auprès des des Nations Unies, a fait valoir que pour poursuivre son effort en faveur de la stabilisation et de la reconstruction, la communauté internationale a besoin de stabilité politique et d'un gouvernement en place. La communauté internationale a besoin aussi que soit assurée la coordination de l'aide des bailleurs, qui n'est plus mise en œuvre par la CIRH depuis octobre 2011. Les investissements étrangers que le Président Martelly appelle de ses vœux aussi besoin de stabilité politique.

La France appelle donc les autorités haïtiennes à leur sens des responsabilités vis-à-vis des électeurs qui les ont élues. Elle attend d'elles qu'elles fixent une date pour des élections locales et législatives partielles, qu'elles votent le budget, qu'elles promulguent rapidement les amendements constitutionnels avec des garanties pour le Président, qu'elles mettent en place un Conseil électoral permanent, qu'elles nomment un Premier Ministre et qu'elles respectent une trêve entre exécutif et législatif.

 (Extrait sonore : Martin Briens, Représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...