DAWN : mieux répondre aux besoins des femmes toxicomanes

Écouter /

A l’occasion de la cinquante-cinquième session de la Commission des Nations Unies sur les stupéfiants à Vienne du 12 au 16 mars dernier, l'UNICRI, l'Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice et le Département pour la politique antidrogue du gouvernement italien ont organisé un événement parallèle sur le projet DAWN intitulé ”drogues, l’alcool et le Réseau des femmes : interventions ciblées pour mieux répondre aux besoins spécifiques des femmes toxicomanes”.

Afin de mieux cerner les différences entre les sexes dans la toxicomanie et soutenir les femmes vulnérables touchées par l’abus des drogues l'UNICRI a lancé le projet DAWN en 2010. Le projet a établi un réseau de professionnels qui peuvent activement encourager et promouvoir des interventions adaptées pour les femmes afin de faire face aux risques liés à la consommation d’alcool et de drogues. Le projet favorise le développement d’une approche sensible au genre parmi les praticiens sociaux et de santé pour mieux répondre aux besoins spécifiques des femmes toxicomanes.

En collaboration avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, ONU-Femmes, l'entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des autres organismes des Nations Unies, le projet établira des lignes directrices et les meilleures pratiques pour promouvoir une approche genre chez les professionnels qui travaillent dans la prévention et le traitement et la réadaptation des toxicomanes. Le projet comprend également des interventions telles que la formation professionnelle et les services d’assistance téléphonique des femmes.

Le Projet DAWN ou Drogues, alcool et les réseaux des femmes – est un projet très ambitieux, inscrit dans les objectifs de l’Organisation des Nations Unies, telle qu’exprimé dans la Déclaration politique et le Plan d’action sur la coopération internationale en vue d’une stratégie intégrée et équilibrée de lutte contre le problème mondial des drogues, adoptée par la Commission des stupéfiants en mars 2009, dans lesquels les États Membres se sont engagés à faire face au problème mondial de la drogue, afin d’assurer que «tous les gens puissent vivre en bonne santé, dans la dignité et dans la paix, la sécurité et la prospérité “.

Ce projet vise également à apporter une contribution concrète aux réalisations des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, en particulier les Objectifs trois, quatre et cinq, liés à l’égalité des sexes, la santé maternelle et infantile.

Grâce à l’engagement de l’Italie, par l’intermédiaire du Département des politiques antidrogues, des Nations Unies et l’action de UNICRI, ce projet permet de renforcer les efforts en matière de promotion des droits de l’homme et de bien-être des personnes vulnérables, comme dans ce cas les femmes toxicomanes. Ce projet comprend aussi l’adoption d'instruments et de stratégies axés sur le genre pour la prévention de l’usage de drogues chez les jeunes filles ainsi que le soutien aux mères toxicomanes et à leurs enfants. Des actions visant à réduire la stigmatisation des femmes toxicomanes et la violence, ainsi que des interventions pour réduire les maladies sexuellement transmises et la prévention des grossesses non désirées sont inclues dans les activités du projet.

Le but ultime du projet est de promouvoir l’adoption des meilleures pratiques par les cliniciens, les professionnels en toxicomanie et dans les services de réadaptation, en vue d’accroître leur prise de conscience sur les différences entre les sexes et d’ajuster leur offre aux besoins spécifiques de femmes toxicomanes.

(Interview : Alice Brizi, Agent de programme pour l'UNICRI; propos recueillis par Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...