Côte d'Ivoire : l'ONUCI inquiète de l'incertitude sur des résultats des élections

Écouter /

Bert Koenders, lors d'une séance du Conseil de sécurité sur la Côte d'Ivoire (UN Photo/Evan Schneider)

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a exprimé jeudi son inquiétude devant l’absence de décisions claires en ce qui concerne les résultats des élections législatives dans les circonscriptions de Bonon et de Facobly alors que le Parlement vient d’être convoqué.

La Commission électorale indépendante (CEI) a dit son impuissance à proclamer les résultats dans ces zones et confié le dossier au gouvernement, a indiqué jeudi le porte-parole de l’ONUCI, Hamadoun Touré, lors d’une conférence de presse à Abidjan.

« Face à ces développements, en vue d’apaiser la situation et de contribuer à protéger les droits des électeurs et des candidats, l’ONUCI a initié une enquête immédiate en coopération avec le gouvernement pour aider à faire la lumière sur les événements ayant marqué la reprise des élections législatives dans ces deux circonscriptions, le 26 février 2012 », a-t-il dit.

Les élections législatives partielles du 26 février ont fait suite aux requêtes en annulation traitées par le Conseil constitutionnel après les législatives du 11 décembre 2011. Le Conseil constitutionnel avait alors reçu 107 requêtes en annulation provenant de 66 circonscriptions électorales dont onze avaient été jugées véritablement litigieuses.

Le porte-parole de l’ONUCI a aussi fait le point jeudi des activités du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, Bert Koenders, parlant notamment de sa rencontre ce jour même avec le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, en compagnie de son homologue pour l’Afrique de l’Ouest, Said Djinnit.

Le porte-parole a ajouté que le Chef de l’ONUCI devrait présenter le plan d’action ayant sanctionné les travaux avec la Mission des Nations unies pour le Libéria, (MINUL). « Ce plan d’action est destiné à renforcer la coopération entre les deux missions à la frontière pour relever les défis qui se posent notamment au niveau sécuritaire », a-t-il expliqué.

Dans le même esprit, il a indiqué qu’il s’agirait de souligner l’importance des relations entre les deux pays pour accroître les bénéfices de leur coopération avec les deux missions onusiennes dans le cadre des contacts quadripartites. Il a cité, entre autres, la réactivation au plan militaire de la coopération entre les forces militaires de police et de gendarmerie des deux missions, l’intensification de la démobilisation et une campagne de communication conjointe.

La réunion ONUCI-MINUL a eu lieu le mercredi 7 mars après un périple de trois jours du Représentant spécial dans l’ouest du pays. « Au terme de sa visite sur le terrain, il est apparu de plus en plus urgent, aux yeux de M Koenders, d’accélérer la réforme du secteur de la sécurité devenue une priorité incontournable, particulièrement après les élections législatives », a estimé M. Touré.

S’exprimant sur la situation des droits de l’homme, le porte-parole a annoncé que la Division des droits de l’homme de l’ONUCI avait effectué une visite au camp de la Garde Républicaine pour s’assurer des conditions de détention et de la situation judiciaire de plusieurs civils suspectés d’être en faveur de l’ancien Président Laurent Gbagbo et accusés de mener des activités visant à déstabiliser le régime en place.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...