Conseil des droits de l'homme : Navi Pillay épingle Israéliens et Palestiniens

Écouter /

Le Conseil des droits de l'homme a examiné, ce lundi 19 mars à Genève, la situation des droits de l’homme en Palestine et dans les autres territoires arabes occupés.  Présentant son rapport, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a épinglé  les deux parties. Navi Pillay a d'une part condamné les tirs de roquette de Gaza vers Israël. Elle a par ailleurs demandé aux autorités israéliennes de mettre un terme aux violences commises par des colons contre des Palestiniens.

Devant le Conseil des droits de l'homme, Navi Pillay a demandé à Israël de garantir l’accès des Palestiniens aux commissariats afin qu’ils puissent déposer plainte contre des violences exercées à leur égard. « Ceci est essentiel pour mettre un terme aux violences commises par des colons contre des Palestiniens », fait-elle remarquer.  La Haut-Commissaire recommande aux autorités israéliennes de faciliter les déplacements de civils de et vers Gaza, de même qu’assurer le passage de matériaux de reconstruction vers cette région.  La Chef des droits de l'homme de l'ONU attire en outre l’attention sur les projets de transfert de communautés bédouines vers la Cisjordanie.

S’agissant de Gaza, la Haut-Commissaire recommande aux autorités palestiniennes de veiller à ce que les allégations concernant des mauvais traitements par les forces de l’ordre fassent l’objet d’enquêtes diligentes et impartiales.  De même, elles doivent préserver la liberté d’expression, d’opinion et d’assemblée.  D’autre part, les tirs aveugles de projectiles sur le territoire israélien sont illégaux et injustifiables.  Ceux qui s’y livrent se rendent complices des partisans du blocus.  Il appartient donc aux autorités palestiniennes d’y mettre un terme.

Au titre de pays concerné, Israël a déclaré qu’en dépit de la pléthore de questions relatives aux droits de l’homme qui nécessitent l’attention du Conseil, ce dernier consacre une nouvelle fois une journée complète de discussion à l’examen de la situation d’un seul pays, Israël.  « Si le pays n’est pas parfait, Israël est la seule démocratie au Moyen Orient », fait remarquer l'Ambassadeur d'Israël.  Selon le Représentant permanent, les évènements récents dans la région montrent que l’habitude de critiquer Israël pour occulter les mauvais bilans en matière de démocratie et de respect des droits de l’homme est aujourd’hui révolue. 

Mais du côté de la Palestine, on énumère les « violations multiples de la puissance occupante » notamment « les incursions, les assassinats extrajudiciaires, les attaques de hordes de colons, les exactions diverses de leur part et cela sous la protection de l’armée ». À Jérusalem, les civils sont soumis à la destruction de leur maison, à des vexations, y compris contre des parlementaires.  Des maisons, des biens sont saisis, tandis que la poursuite de la construction du mur de séparation se poursuit.  Les fouilles à proximité de la mosquée al-Aqsa se poursuivent elles aussi au risque de porter atteinte à un lieu saint. En conclusion, la délégation palestienne a souligné que « la colonisation est un obstacle énorme à la poursuite du processus de paix, une colonisation qui ne donne aucun signe de ralentissement ».

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...