Brazzaville: de nombreuses victimes suite à l'explosion d'un dépôt d'armes

Écouter /

Des bureaux situés au rez de chaussée de l'immeuble de la Regideso sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa/Gombe, dont les vitres sont cassées sous l'effet des fortes détonations de Brazzaville

La vie n'a pas encore repris son cours normal dans les quartiers de Brazzaville, la capitale de la République du Congo, touchés par les déflagrations de dimanche 4 mars dans la matinée. 146 morts et 1500 blessés, c'est le bilan provisoire de l'explosion dimanche 4 mars d'un dépôt d'armes du camp militaire du régiment blindé de Mpila à Brazzaville. Ce chiffre a été communiqué à l'issue du conseil extraordinaire des ministres tenu pendant la nuit à Brazzaville.

Sur place, les hôpitaux sont débordés et l'aide tant nationale qu'internationale est sollicitée. D'après Bienvenu Okemi, le porte parole du gouvernement congolais, l'incendie serait provoqué par un court-circuit électrique.

A Brazzaville, Dans les communes de Talangayi et de Wenze, le sinistre est visible et les populations de ces communes retournent, sous la panique, voir ce qui reste encore de leurs habitations. Kinshasa a envoyé des kits médicaux à Brazzaville et une délégation ministérielle de la RDC y séjourne depuis ce lundi 5 mars.

Certains habitants continuent à transporter ce qui reste encore de leurs biens dans les véhicules et charrettes et se dirigent vers le Sud de Brazzaville, a constaté un correspondant de Radio Okapi. Selon lui, le grand marché de Wenze, défiguré par les explosions, est fermé et les commerces ne fonctionnent pas. En revanche, au centre-ville et dans les quartiers du Sud de Brazzaville comme Bacongo et Makelekele la vie a totalement repris son cours normal, indique la même source.

Les ambulances et les camions de secours continuent à transporter les corps vers la morgue municipale de Brazzaville déjà surchargée. Et le gouvernement de la République du Congo a organisé les premiers sites des sinistres dans les communes de Wenze et Mongali.

La République démocratique du Congo (RDC) n'est pas restée indifférente face la tragédie brazzavilloise. Elle a dépêché, ce lundi 5 mars à Brazzaville, une délégation conduite par son ministre des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba, pour étudier les possibilités d'appuyer la République du Congo dans la prise en charges médicale des blessés. Le ministre de la Santé publique, le responsable de la Direction générale de migration et une équipe des médecins de la RDC font également partie de la délégation de Kinshasa.

(Reportage depuis Brazzaville: Arsène Severin, Radio Okapi)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...