Brazzaville : après les explosions, des centaines d'enfants séparés de leurs familles

Écouter /

Des rescapés tentent de récupérer quelques biens de valeur à Brazzaville, après les dégâts causés par l'incendie du camp militaire (Photo : Radio Okapi/John Bompengo)

Des centaines d'enfants se trouvent encore séparés de leurs familles après les explosions du dépôt de minutions survenues dimanche 4 mars dans le camp de régiment des blindés de Mpila à Brazzaville. Plusieurs enfants sont regroupés dans des sites spécifiques, tandis que d'autres ne donnent encore aucun signe de vie.

Larmes aux yeux, Gaston sillonne les abords du camp de Mpila dans l'espoir de retrouver son enfant de 7 ans. Il court à sa recherche depuis dimanche, jour des explosions, et n'a jusque là reçu aucun renseignement sur lui. Dans ce quartier dévasté, où les survivants ont tous tenté de trouver un abri ailleurs, personne ne l'a vu. Louise, la quarantaine révolue, est quant à elle inconsolable. Depuis son arrivée dimanche dans la cathédrale de Brazzaville, elle est sans nouvelles de ses deux filles âgées de 4 et 8 ans.

Dans ce site, quelques 3 500 personnes passent la nuit à la belle étoile. De nombreuses familles s'y regroupent en l'absence de quelques enfants qu'on espère encore retrouver. Une centaine d'entre eux sont regroupés à la radio télévision nationale. Cette dernière diffuse des communiqués à longueur de journée pour aider les parents à retrouver leurs enfants.

Face à l'urgence suscitée par la catastrophe de Brazzaville, la commissaire européenne chargée de l'aide humanitaire et de la protection civile, Kristalina Georgieva, en mission en République démocratique du Congo s'est rendue lundi à Brazzaville où elle a remis 200 000 euros à la Croix-Rouge de la République du Congo en vue de secourir les victimes. Elle a visité le site de la catastrophe et les hôpitaux où sont internés les blessés.

Par ailleurs, plus de 200 Congolais de la RDC vivant à Brazzaville ont regagné Kinshasa lundi après midi. Parmi eux, des blessés des explosions de dimanche. A leur arrivée au Beach Ngobila, ils ont été accueillis par le ministre des Affaires sociales et une équipe de la Croix-Rouge de la RDC. L'incendie du dépôt de munitions de Mpila soulève la problématique de la sécurisation de ces dépôts et de la proximité des camps militaires et des quartiers habités. A Kinshasa, certaines garnisons sont placées en plein centre ville. C'est le cas notamment des camps Kabila, Kokolo, Tshatshi, Loano.

(Reportage: Arsène Sévèrin, Radio Okapi, Brazzaville)

Classé sous Femmes et enfants, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...