Afrique de l'Ouest : perspectives d'intégration et de croissance économique

Écouter /

Femme ivoirienne vendant du beurre de karité dans la capitale, Abidjan. La Côte d'Ivoire est le principal moteur de la croissance économique de l'UEMOA (photo : Gouegnon/FMI/Corbis)

L'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est l'une des unions monétaires les plus anciennes du monde et peut-être l'une des plus résiliente.

Au cours de la seule année écoulée, l'UEMOA, dont les membres sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, a eu à affronter les retombées de la crise de la dette européenne, sans oublier la crise politique qui sévit depuis longtemps en Côte d'Ivoire ainsi qu'une grave sécheresse au Sahel.

Malgré tout cela, le Fonds monétaire international (FMI) estime que la croissance économique au sein de l'UEMOA devrait rebondir pour atteindre environ 7% cette année.

Avec les conséquences néfastes de la crise postélectorale derrière elle, la Côte d'Ivoire devrait, selon le FMI, pouvoir assumer pleinement son rôle de locomotive économique dans la région et attirer les investissements étrangers directs.

Selon Hervé Joly, du Département Afrique du FMI, il importe cependant que l'UEMOA fasse tomber les obstacles qui persistent, afin que les biens et les personnes puissent circuler librement entre les pays membres de l'Union. Le marché régional gagnerait aussi à ce que les infrastructures de communication et de transport, entre autres, soient renforcées.

(Interview : Hervé Joly, Département Afrique, FMI ; propos recueillis par Lika Gueye, FMI)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...