Affaire Thomas Lubanga : le verdict de la CPI suscite de nombreuses réactions

Écouter /

Thomas Lubanga

Luis Moreno-Ocampo, le Procureur de la Cour pénale internationale a annoncé jeudi 15 mars à La Haye, qu'il demandera une peine proche du maximum à l'encontre du Congolais Thomas Lubanga. L’ancien chef des Forces patriotiques pour la libération du Congo, le FPLC, a été reconnu coupable mercredi, par la CPI, de crimes de guerre, pour avoir utilisé des enfants-soldats lors de la guerre civile en Ituri.

Outre le Secrétaire général des Nations Unies qui a salué les efforts de la communauté internationale pour mettre un terme à l'impunité, la décision de la CPI tombée mercredi suscite encore plusieurs réactions en République démocratique du Congo (RDC). Les organisations internationales et nationales, le gouvernement, les partis politiques ainsi que la population de l'Ituri, fief du coupable, commentent le jugement de la Cour.

Pour la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), ce verdict marque une étape positive dans le cadre de droit pénal international. «En ce qui concerne la Monusco, nous nous réjouissons de ce verdict. C'est la première fois que la Cour donne un verdict dans le cadre des affaires qui sont devant elle. Maintenant nous pensons que cela pourrait décourager tous ceux qui s'adonnent à des activités de violence et d'atteinte aux droits humains», a déclaré le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai.

Au cours de la conférence hebdomadaire des Nations Unies, il a insisté sur l'appel de Roger Meece aux autorités congolaises dans la lutte contre l'impunité en RDC. « Ce jugement devrait aussi encourager le gouvernement congolais à être actif dans le cadre de la lutte contre l'impunité et de mettre à la disposition de la CPI toutes les personnes qui doivent y aller pour répondre de tous les crimes contre l'humanité commis sur son sol », a-t-il ajouté.

Le gouvernement congolais dit « avoir pris acte » du verdict de la CPI. Le ministre de la Justice et Droits humains, Luzolo Bambi Lesa, déclare que la RDC confirme, à travers cet arrêt, sa volonté de lutter efficacement contre l'impunité sous toutes ses formes. Selon lui, le jugement de la CPI constitue un avertissement à tous ceux qui recourent aux armes pour accéder au pouvoir. «La sanction de Thomas Lubanga est aussi un avertissement pour tous ceux qui continuent à croire qu'ils doivent recourir aux armes, à la guerre pour gouverner le pays », a ajouté Luzolo Bambi Lesa.

«La condamnation de Thomas Lubanga est un signal fort à l'endroit de tous ceux qui utilisent les enfants ». C'est le point de la Ligue de la zone Afrique pour la défense des droits des enfants et élèves (Lizadeel). Pour le président de cette ONG, Joseph-Godé Kayembe, l'arrêt de la CPI va permettre tant aux gouvernants qu'aux autres forces vives de mieux assurer la protection des enfants. «Les gens ont tendance à se moquer de ceux qui parlent des droits de l'enfant en République démocratique du Congo. Je crois que ce verdict permettra aux autorités et d'autres personnes censées protéger les enfants de la faire pour ne pas subir le même sort que Thomas Lubanga », a indiqué Joseph-Godé Kayembe.

(Mise en perspective de Jean-Pierre Amisi Ramazani avec des extraits sonore de Madnodje Mounoubai, porte-parole de la MONUSCO ; Luzolo Bambi Lesa, Ministre de la Justice et des droits humains de la RDC et Joseph Godé Kayembe, président de la LIZADEEL)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...