Violence sexuelle liée aux conflits : identifier les responsables, donner justice aux victimes

Écouter /

Margot Wallström, Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit (UN Photo/Devra Berkowitz)

Le Conseil de sécurité examine aujourd'hui le rapport du Secrétaire général sur la violence sexuelle liée aux conflits, présenté par Margot Wallström, la Représentante spéciale de Ban Ki-moon sur le sujet. En ce dernier jour de son premier mandat, la Représentante spéciale dépose un rapport qui, pour la première fois, non seulement présente des instruments concrets de surveillance et d'information, mais dresse aussi une liste de groupes armés et d'individus qui sont soupçonnés d'avoir commis ou d'être responsables de viols commis en temps de conflit.

Établi sur de l'information vérifiée par l'ONU, ses missions et partenaire sur le terrain, ce rapport permettra aux dirigeants politiques de mieux surveiller les cas de violence sexuelle sur leur territoire et de faire face à ce fléau.

La violence sexuelle liée au conflit comprend les actes tels que le viol, l'esclavage sexuel, la prostitution, la grossesse et la stérilisation forcées, perpétrés contre des femmes, des hommes ou des enfants.

Deux exemples cités dans le rapport concernent la Guinée (Conakry) et la République démocratique du Congo, des pays où les tensions politiques se sont accompagnées et s'accompagnent toujours d'actes de violences sexuelles, commis non seulement par des groupes armés, mais aussi par les forces nationales dans certains cas. Margot Wallström précise en entrevue que des avancées importantes ont été réalisées dans ces deux pays. Les systèmes de justice ont reçu de la formation et de l'appui pour que le processus judiciaire prenne mieux en compte les victimes de violence sexuelle et pour que les responsables à tous les échelons de la hiérarchie soient traduits en justice.

Enfin, la Représentante spéciale souhaite que le Conseil de sécurité garde la question de la violence sexuelle liée aux conflits à son ordre du jour, sous la thématique du maintien de la paix et de la sécurité. « Il faut continuer la lutte contre l'impunité, mais aussi faire mieux pour la prévention de ces crimes », dit-elle, ajoutant qu'il faut « se concentrer sur l'aide et l'assistance aux victimes ».

(Interview : Margot Wallström, Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a également pris la parole lors de la séance du Conseil de sécurité portant sur la violence sexuelle liée aux conflits. On peut écouter sa déclaration dans notre section Infoplus.

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...