Tchad/crise alimentaire : Malgré l'aide du CERF, 2012 s'annonce difficile

Écouter /

Un enfant est examiné pour malnutrition au centre d'alimentation thérapeutique Koubicou de Goz Beïda, au Tchad (Photo : UNICEF/Esteve)

Le Fonds central des Nations Unies pour les interventions d'urgence (CERF) a octroyé 6 millions de dollars à trois agences des Nations Unies, soutenues par des ONG, afin qu'elles puissent lancer des interventions d'urgence pour répondre à la crise alimentaire au Tchad.

Le gouvernement tchadien avait lancé, le 21 décembre dernier, un appel à la communauté internationale pour l'aider à faire face à la crise alimentaire et nutritionnelle. L'enveloppe du CERF, répartie entre le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a permis une réponse rapide en faveur des populations vulnérables affectées par de mauvaises récoltes et la période de soudure. Pour l'UNICEF, cette aide a servi à financer les activités de 223 centres nutritionnels qui devaient au départ aider 45 000 enfants, mais qui ont finalement pu offrir des soins thérapeutiques à plus de 68 000 enfants au cours des derniers mois.

Mais 2012 s'annonce difficile, comme l'explique Bruno Maes, représentant de l'UNICEF au Tchad. En 2012, l'UNICEF prévoit que 127 000 enfants de moins de cinq ans pourraient souffrir de malnutrition aiguë sévère et estime qu'il y a 4,5 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire dans dix régions de la bande sahélienne du Tchad. Dans ces régions, les taux de malnutrition aiguë globale sont au-dessus du seuil critique de 15%.

Le CERF, qui est géré par le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), a été créé en 2005 par l'Assemblée générale de l'ONU. Il a octroyé, depuis 2006 à ce jour, plus de 75 millions de dollars US au Tchad pour les urgences humanitaires, dont plus de 25 millions de dollars en 2011, plaçant le pays en tête des bénéficiaires du CERF en Afrique de l'ouest et du centre pour l'année.

Cette enveloppe a servi à assister les populations confrontés à de graves épidémies et les retournés tchadiens de la Libye ainsi que les personnes frappées par la crise alimentaire et nutritionnelle.

(Interview : Bruno Maes, représentant de l'UNICEF au Tchad ; propos recueillis par Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...