Syrie : l'Assemblée générale saisie de la question lundi

Écouter /

Minute de silence dans la salle de l'Assemblée générale en mémoire de l'Holocauste, le 27 janvier 2012 (UN Photo/JC McIlwaine)

L’Assemblée générale de l'ONU se réunira lundi pour discuter de la situation en Syrie, où le nombre de morts ne cesse d’augmenter alors que les forces gouvernementales continuent leur répression sanglante contre le soulèvement en faveur de la démocratie. Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme, informera les États Membres des  derniers développements à la demande du Président de l’Assemblée générale, Nassir Abdulaziz Al-Nasser.

Les 193 membres de l'Assemblée discuteront également du rapport du Conseil droits de l’homme des Nations Unies publié en décembre condamnant les exactions commises par les autorités syriennes dans le cadre de la répression.

Vendredi, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, avait fermement condamné les attaques à la bombe survenues le jour même dans la ville d’Alep qui ciblaient les bureaux de la sécurité gouvernementale. Des attaques qui ont  fait plusieurs morts et blessés. Ban Ki-moon a présenté ses condoléances aux familles endeuillées, au gouvernement et au peuple de la Syrie.

«Le Secrétaire général réitère que toute violence est inacceptable et doit cesser immédiatement de tous les côtés», a déclaré son porte-parole. Il a réaffirmé sa ferme conviction que la crise en Syrie ne peut être résolue que grâce à une solution politique globale pacifique qui réponde aux aspirations démocratiques du peuple syrien et assure le plein respect de leurs droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Plus tôt cette semaine, Ban Ki-moon, avait déclaré que l’ONU envisage l’envoi d’une mission d’observation conjointe avec la Ligue des États arabes dans le but de résoudre la crise.. Il a également exprimé son regret que le Conseil de sécurité a été incapable de s’entendre sur une action collective sur la question après que la Russie et la Chine ont utilisé leur droit de veto contre un projet de résolution approuvant les efforts de la Ligue arabe pour mettre fin à la crise.

De leur côté, les Conseillers spéciaux de Ban Ki-moon sur la prévention du génocide et sur la responsabilité de protéger, Francis Deng et Edward Luck, ont publié vendredi une déclaration conjointe dans laquelle ils plaident pour une fin immédiate de la violence. Tous deux ont exprimé leur vive préoccupation à la suite des informations faisant état de la montée des tensions sectaires au sein de la Syrie, et ont demandé aux groupes de la société civile de déployer des efforts déterminés et vigoureux pour rétablir la confiance avant que les tensions ne dégénèrent davantage.”

Plus de 5.000 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations en mars 2011.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...